Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu accompagne la réouverture de vos salles de cinéma

À Joigny, le cinéma Agnès-Varda s'attend à une reprise "compliquée"

-
Par , France Bleu Auxerre

Le cinéma jovinien a choisi d'ouvrir ce mercredi, pour se calquer sur les habituelles semaines cinématographiques. Son directeur fait le point, pour France Bleu, sur les premières séances, les conditions d'accueil et sur cette reprise qui s'annonce poussive, en ce début d'été.

Maxime Munier, le directeur, dans le hall du cinéma, où un sens de circulation est installé pour éviter que les spectateurs ne se croisent.
Maxime Munier, le directeur, dans le hall du cinéma, où un sens de circulation est installé pour éviter que les spectateurs ne se croisent. © Radio France - Lisa Guyenne

Après plus de trois mois de fermeture complète, le rideau va se lever. Le cinéma de Joigny reprend du service dès aujourd'hui, avec une première séance à 15h30 ("L'appel de la forêt", adapté du roman de Jack London). Mais cette reprise au début de l'été s'annonce peu intense.

"On a conscience que les premières semaines ne seront pas forcément convaincantes"

"Je ne cache pas que les semaines de reprise vont probablement être plus compliquées que les semaines de fermeture", confie Maxime Munier, le directeur du cinéma. "Pendant la fermeture, nous étions protégés par les mesures de chômage partiel : au moment de la réouverture, ce ne sera pas le cas, et il va falloir qu'on assure au niveau financier. On a conscience que les premières semaines ne seront pas forcément convaincantes."

"Il n'y a pas encore de grosse sortie qui permette de faire repartir la fréquentation"

Les raisons ? D'abord, il y a la jauge, diminuée de moitié : 57 places au lieu de 114. Il y a aussi moins de séances quotidiennement : "On prévoit au moins une demi-heure entre chaque séance afin de désinfecter les rambardes et huisseries de la salle, et surtout de ventiler la salle entièrement et de renouveler l'air grâce à la climatisation", explique le directeur du cinéma Maxime Munier. L'autre frein, c'est la programmation : "Pour les deux premières semaines, dans notre petit cinéma, on va surtout se consacrer à des films qui ont été abandonnés au mois de mars. Nous n'avons pas encore de grosse sortie qui permette de faire repartir la fréquentation de manière importante."

Le cinéma de Joigny attend ses premiers spectateurs à 15h30 ce mercredi
Le cinéma de Joigny attend ses premiers spectateurs à 15h30 ce mercredi © Radio France - Lisa Guyenne

Les films de cet automne-hiver s'annoncent "exceptionnels"

Pour autant, l'année n'est pas perdue. Il faudra sans doute plusieurs mois avant d'espérer un retour à la normale, mais "on a bon espoir de rattraper le coup à partir de septembre-octobre", explique le directeur. "On peut surtout s'attendre à un automne et un hiver qui s'annoncent exceptionnels, puisque la plupart des bons films prévus entre le printemps et l'été 2020 ont été reportés à l'automne."

Enfin, il y a la question des spectateurs : après avoir regardé des films en streaming pendant tout le confinement, vont-ils revenir en salle ? Pour Françoise Depardon, conseillère municipal chargée du cinéma, cela ne fait aucun doute : "Les gens sont en attente de culture, en attente de divertissement. Le cinéma de Joigny est le premier équipement culturel de la ville à rouvrir, alors c'est une très bonne chose, même dans des conditions compliquées. Chez eux, bien sûr, les gens pouvaient regarder la télé, etc... Mais ce n'est pas la même chose : ce n'est pas l'expérience de voir un film en salle, et de se retrouver ensemble."

Pour inciter les gens à revenir, le cinéma Agnès-Varda prolonge les abonnements de six mois et propose des places à 5€ pour tous pendant deux semaines. Par ailleurs, des couturières bénévoles ont fourni 600 masques lavables en tissu pour les spectateurs qui viendraient sans masque.

Ce message sera diffusé avant chaque séance.
Ce message sera diffusé avant chaque séance. © Radio France - Lisa Guyenne
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu