Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cinéma multiplexe à Privas : le projet divise

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Le conseil municipal de Privas délibère ce lundi soir pour autoriser la cession d'un terrain, dans le quartier de la gare, au porteur de projet du complexe cinématographique. Les soutiens du Vivarais, unique cinéma à Privas à ce jour, seront présents pour manifester leur opposition.

Le cinéma le Vivarais à Privas fait actuellement environ 55 000 entrées par an avec ses trois salles.
Le cinéma le Vivarais à Privas fait actuellement environ 55 000 entrées par an avec ses trois salles. © Radio France - Damien Triomphe

Pour permettre au projet d'avancer, le conseil municipal de Privas devrait autoriser, ce lundi soir, l’acquisition d'un terrain de 8.000 m², situé dans le quartier de la gare non loin du centre aquatique, à Jean-Pierre Brès, l'initiateur de ce projet de complexe cinématographique de six salles. C'est la toute première étape, mais rien n'est fait pour autant. Comme la réglementation l'exige en France lorsqu'il s'agit d'ouvrir un cinéma de plus de 300 places, la Commission départementale d'aménagement cinématographique (CDAC), puis la Commission nationale (CNC) devront rendre leur avis et autoriser ou non le projet.

"Je ne pense pas que les commissions donneront leur aval à ce projet. Il n'est pas viable", explique Patrick Dallet, le propriétaire de l'unique cinéma à ce jour à Privas, le Vivarais. Il trouve l'idée démesurée. "Ce n'est pas sérieux, le bassin démographique n'est pas suffisant pour permettre l'installation d'un multiplexe". Il dit toutefois être inquiet, lorsqu'il voit le projet avancer. "Après, si ça passe... " Pour lui, comme pour ses soutiens, qui ont créé une association, le projet conduirait à la fermeture du Vivarais. Ce dernier enregistre 55.000 entrées à l'année ; l'équipe municipale explique s'appuyer sur des études montrant que le bassin privadois représente un potentiel de 80 à 100.000 billets par an.

Le maire Michel Valla dit penser à l'avenir. Il salue le travail accompli par le Vivarais pendant de nombreuses années, mais estime le cinéma "vieillissant". "Il arrive un moment où les normes et l'offre peuvent être différentes. Les jeunes sortent de Privas", pour aller au cinéma à Valence ou à Montélimar. "Et les jeunes nous disent qu'un nouveau cinéma, c'est la solution d'avenir", poursuit l'élu.

Le maire dit aussi œuvrer pour un rapprochement entre les deux parties, Patrick Dallet, le patron du Vivarais, et Jean-Pierre Brès, le porteur du projet de multiplex, afin qu'un "accord" soit trouvé entre les deux. Michel Valla imaginerait même "une installation commune, pourquoi pas ?" Ce qui reste inenvisageable pour Patrick Dallet, qui martèle que le projet n'est pas viable. Jean-Pierre Brès n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess