Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu accompagne la réouverture de vos salles de cinéma

Peu de monde dans les cinémas de l'Yonne après un mois de réouverture

-
Par , France Bleu Auxerre

A peine 25% à 35% de la fréquentation habituelle : dans les cinémas de l'Yonne, le bilan de ce premier mois de réouverture post-confinement n'est pas bon, comme au niveau national. Les blockbusters américains, qui servent de locomotives en été, manquent toujours à l'appel.

Les spectateurs restent peu nombreux à franchir les portes des salles obscures depuis un mois
Les spectateurs restent peu nombreux à franchir les portes des salles obscures depuis un mois © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"On ne va pas se mentir, la fréquentation n'est pas terrible" : Maxime Munier, le directeur du cinéma Agnès Varda à Joigny, ne voit défiler que 25% des spectateurs depuis un mois par rapport à une année normale. Constat partagé au CGR d'Auxerre, où "on a une baisse de fréquentation de 75% par rapport à l'an dernier sur mi-juillet", indique la directrice Katerine Radosavljevic. Plus que les conditions sanitaires dans lesquelles se déroulent les séances, c'est surtout la programmation qui empêche un retour à la normale dans les cinémas icaunais.

Manque de blockbusters américains

"L'été est une période marquée par le cinéma de divertissement, indique Maxime Munier, et ces films ultra-porteurs sont généralement nord-américains. Au vu de la situation sanitaire, il y a peu de sorties aux Etats-Unis et ça va peser dans la fréquentation pour l'ensemble de l'été". "Ce qui nous fait défaut, c'est les grosses sorties, confirme Katerine Radosavljevic. On fait un peu au compte-gouttes, avec les films qui nous sont donnés. Certains films annoncés ne peuvent finalement pas sortir, les dates sont repoussées".

C'est par exemple le cas de Tenet, le nouveau film de Christopher Nolan, qui devait attirer un large public en salle : il est pour l'heure repoussé à une date non communiquée. Une nouvelle version de Mulan pourrait sortir mi-août mais sans certitude. "On sent qu'on n'a _pas de film porteur pour le moment_, que les gens veulent absolument voir sur grand écran", précise la directrice du CGR d'Auxerre.

On est très loin d'un retour à la normale, même si on voit au fil des semaines que la clientèle revient.

Des films français qui évitent la catastrophe

Les quelques sorties françaises, notamment des comédies, permettent aux cinémas de garder la tête hors de l'eau. "On a eu de bonnes surprises pour des films comme Divorce Club, Tout simplement noir, La Bonne Épouse, pourtant sortis dès le mois de mars, indique Maxime Munier. Ça permet de soutenir un peu la fréquentation mais on n'est _pas à des niveaux d'entrées comparables_". "On a davantage de dessins animés, de comédies familiales, de films art et essai en ce moment", ajoute Katerine Radosavljevic.

"Les cinéphiles sont revenus plusieurs fois, on sait que les fans de François Ozon sont au rendez-vous pour Été 85, mais ça ne compense pas", confirme Maxime Munier. Certains cinémas tentent donc des offres promotionnelles, des projections de classiques ou des marathons pour tenter d'attirer davantage le public : "ce sont des événements qu'on ne peut pas faire en temps normal avec la programmation classique, et que l'on a le temps d'organiser en ce moment", indique la directrice du CGR d'Auxerre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess