Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Cinéville confirme son intérêt pour les Arcades à Quimper et tente de rassurer sur la programmation Art et Essai

vendredi 8 février 2019 à 21:16 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

L'entreprise Cinéville sort du bois. Elle a bien lancé les grandes manœuvres pour acheter les murs du cinéma sur les quais de l'Odet. Les Arcades, actuellement propriété du groupe Mégarama. Quel avenir pour la régie municipale, qui exploite 2 de ces 6 salles ? Et pour l'association Gros Plan ?

Catherine Bossard, directrice de Cinéville à Quimper et Yves Sutter, directeur de l'entreprise
Catherine Bossard, directrice de Cinéville à Quimper et Yves Sutter, directeur de l'entreprise © Radio France - Benjamin Bourgine

Quimper, France

"On n'est pas des va-t-en-guerre" tente de rassurer Yves Sutter, le directeur de Cinéville. Le patron de la grande entreprise de Cinéma de l'Ouest a pourtant une grande ambition pour Quimper, celle de racheter le cinéma les Arcades, sur les quais, actuellement propriété du groupe Mégarama. Et en faire son ciné Art et Essai.

Méfiance et inquiétudes

Problème : dans ce cinéma, cohabitent aujourd'hui deux offres très différentes. Une "grand public", les Arcades, et l'autre "Art et essai", celle du Quai Duplex, pilotée par l'association Gros plan. Il y a quelques semaines, quand l'intérêt de Cinéville pour les lieux est devenu public, Gros Plan a fait part de sa méfiance et de ses grandes inquiétudes. Une "catastrophe" pour la directrice de Gros plan.

Yves Sutter : "Tout est à écrire, je ne vais pas vous dire ce que nous allons mettre dans la convention, nous venons de commencer à parler !"

Yves Sutter, patron de Cinéville - Radio France
Yves Sutter, patron de Cinéville © Radio France - Benjamin Bourgine

Pour autant "les discussions ont commencé" affirme Yves Sutter, qui ajoute "je n'ai aucune difficulté à travailler avec l'association Gros plan, dans un esprit de discussion et de concertation. Tout est à écrire, je ne vais pas vous dire ce que nous allons mettre dans la convention, nous venons de commencer à parler !"

4 + 2 = 6 nouvelles salles pour Cinéville

Parce que le nœud du problème est là : en rachetant les six salles, Cinéville va être en position de monopole sur le secteur de la Cornouaille. Une bonne chose du point de vue d'Yves Sutter "on va pouvoir faire une offre plus cohérente, avec moins de doublons, et pas de films en concurrence. On va mieux exposer des films art et essai dit porteurs". 

Quid de la régie municipale ?

Mais ce n'est pas sans poser quelques questions, notamment du point de vue de la ville de Quimper. L'adjoint à la culture, Allain Le Roux rappelle que la régie municipale qui loue les deux salles du Quai Dupleix "va devoir se dissoudre, automatiquement. La loi nous permet de garder le bail jusqu'en 2021, mais il faut entamer les discussions avec Cinéville. Cette régie emploie cinq personnes". Les cinq emplois des Arcades seront intégralement repris dit Yves Sutter, mais pour les cinq de la régie municipale, rien n'est sûr

Quimper la cinéphile va-t-elle garder son image de marque ?

Allain Le Roux ajoute "si aujourd'hui Quimper est une des villes très cinéphiles, ce n'est pas le fruit du hasard, alors j'ai trois points de vigilance dans la négociation : Comment continuer à aider Gros plan à faire toutes ses actions culturelles et pédagogiques ? Ne rien perdre de la diversité de l'offre des films ! Et faire le maximum pour conserver les cinq salariés de la régie municipale".

Nouveau nom pour le futur cinéma sur les quais

Le changement de propriétaire pourrait être effectif très rapidement, dès le courant du mois de mars. L'évolution de la programmation se fera progressivement affirme Yves Sutter, qui prévoit aussi de faire quelques travaux, mais rien de très spectaculaire. Quant au nom, il changera lui aussi, mais "la réflexion est en cours". Et pourquoi pas "Sur les Quais" ? Histoire de rassurer les cinéphiles ?