Culture – Loisirs

​Cinq oeuvres à ne pas louper pour la Nuit Blanche à Paris

Par Julien Baldacchino, France Bleu samedi 7 octobre 2017 à 12:58

Un ballet de danseurs et de machinse, oeuvre étonnante à la halle Hébert
Un ballet de danseurs et de machinse, oeuvre étonnante à la halle Hébert © Radio France - Julien Baldacchino

​Comme chaque premier samedi d’octobre, la mairie de Paris laisse libre cours aux artistes dans de nombreux lieux de la ville. Pour l’édition 2017, qui a lieu ce samedi soir, France Bleu a sélectionné cinq installations et performances à ne pas louper.

​La Nuit Blanche à Paris, c'est un rendez-vous annuel pour les amateurs d'art contemporain certes, mais aussi pour ceux qui aiment découvrir Paris sous un angle nouveau. Chaque année, la ville de Paris transforme une partie de ses lieux publics et de ses coins secrets en lieux d’exposition pour des œuvres d’art contemporain.

Placé cette année sous le mot d’ordre « Faire œuvre commune » et élaboré sous la direction artistique de la commissaire d’expositions Charlotte Laubard, l’événement artistique nocturne de Paris réunit cette année de nombreuses œuvres conçues, inspirées ou interprétées par des collectifs ou des groupes. Entre le « in » et le « off », Francebleu.fr a sélectionné cinq installations à découvrir.

1 - Aux Halles, danse collective et art vidéo

A chaque Nuit Blanche ses projets colossaux. Après avoir fait tomber de la pluie rose dans une cour intérieure ou déployé une boule disco géante au Jardin du Luxembourg, Nuit Blanche transforme la Canopée des Halles en piste de danse géante.

Le chorégraphe Olivier Dubois a réuni 300 danseurs et 150 musiciens amateurs pour un ballet géant, aussi surprenant que dynamique, autour des musiques et des danses célèbres de la culture populaire, de Tetris à Rabbi Jacob !

Un peu plus loin, juste devant l’ancienne Bourse qui accueillera en 2019 la Fondation Pinault, l’artiste Jérémy Deller projette sa vidéo English Magic, un vrai moment de poésie sur fond de David Bowie (interprété au steel drum) qui montre tous les aspects de la culture britannique, en apparence tous disparates, mais qui une fois unis, forment une culture.

2 - Ballet de machines et paysages étranges dans un ancien entrepôt

C’est sans doute ce que vous verrez de plus fou pendant cette Nuit Blanche - et peut-être même depuis bien longtemps. Dans la halle Hébert, un ancien hangar de la SNCF au cœur du 18ème arrondissement, c’est un étrange ballet qui se déroule.

Là, une chorégraphie de machines de transport de marchandises (les « Fenwicks » des supermarchés), plus loin une voiture qui se fait embrasser (si, si), des graffeurs qui taguent le sol et un agent de nettoyage qui tourne, sans cesse. Et si tout cela était le tournage d’un film, celui qui est projeté dès l’entrée de la halle ?

Un détail de l'installation du collectif "La Horde" à la halle Hébert - Radio France
Un détail de l'installation du collectif "La Horde" à la halle Hébert © Radio France - JB

Ce projet assez fascinant est l’œuvre d’un collectif, La Horde, qui a la particularité de réunir sous une même signature des artistes venant du cinéma, de la danse et des arts plastiques. Et le résultat, cet impressionnant objet artistique non identifié, est aussi à la croisée des chemins.

3 - Jeux de lumière dans l’église Saint-Merri

Entre l'Hôtel de Ville et le Centre Pompidou, l'église Saint-Merri accueille un projet nommé "A notre étoile" et imaginé par le duo Children of the light. Un intéressant mélange des genres, car ce collectif est habituellement spécialisé dans la scénographie et les éclairages des concerts électro.

Le résultat, c'est une installation lumineuse qui transforme radicalement l'allure et l'atmosphère de cette église, qui mérite le détour !

4 - Une « marée » de lettres interactive en bord de Seine

Vous vous souvenez peut-être, lorsque vous étiez enfant, de ces pâtes alphabet avec lesquelles vous composiez des mots dans votre soupe ? Vous avez grandi, ces lettres aussi et la soupe s’appelle désormais la Seine !

Le collectif Invisible Playground Network propose cette Marée des lettres, à laquelle chacun pourra prendre part sur une application smartphone dédiée, en proposant un message ou en votant pour des propositions. Et les plus populaires deviendront des messages formés par des lettres géantes sur les rives de Seine. Une idée qui a été reprise dans l'affiche de l'événement, où les lettres des mots "nuit blanche" étaient mélangées.

5 - Off : Le musée Carnavalet expose hors les murs en attendant sa réouverture

Fermé pour rénovation depuis un an, le musée Carnavalet, qui s'intéresse à l'histoire de la ville de Paris, continue d'organiser des activités hors les murs pour faire découvrir sa précieuse collection, d'ici à sa réouverture fin 2019.

A l'occasion de cette Nuit Blanche, le musée propose, sur l'une de ses façades à l'angle de la rue Vieille du Temple, la projection de fragments d'une œuvre acquise en début d'année acquise : "Paris Ville Lumière" de Nil Yalter et Judy Blum, composé de 20 panneaux (un par arrondissement) retraçant les transformations de Paris au tournant des années 70. Deux des panneaux seront reproduits sur le mur, et une projection vidéo montrera les autres.