Culture – Loisirs

Cité de la gastronomie : la guerre des cinémas relancée à Dijon

Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne lundi 5 septembre 2016 à 6:00

La future Cirté de la Gastronomie devrait accueillir un cinéma grand public et de l'art et essai
La future Cirté de la Gastronomie devrait accueillir un cinéma grand public et de l'art et essai © Radio France - Philippe Renaud

Le site de l’ancien hôpital général devrait accueillir un cinéma grand public et un autre dédié aux films d’art et essai. Fruit d’une négociation entre deux opérateurs locaux. Un projet qui suscite aussi inquiétude et opposition.

Ce projet ça signifie treize salles de plus à Dijon pour se faire une toile ! Neuf pour Ciné Ducs le projet du groupe indépendant Ciné Alpes et sa programmation grand public et quatre pour Supernova le projet porté par les salariés de l'Eldorado. Ils ont choisi le statut de SCOP .

Pour les salariés de l'Eldorado, le projet Supernova est une bouffée d'oxygène pour envisager l'avenir - Radio France
Pour les salariés de l'Eldorado, le projet Supernova est une bouffée d'oxygène pour envisager l'avenir © Radio France - Stéphanie Perenon

Une coopérative explique Léa Daloz, l’une des salariés "pour permettre que tout le monde ici à l'Eldo participe au montage du projet et à son bon développement ". L’Eldorado ne sera pas une petite souris du Supernova, poursuit Théodora Olivi, salariée elle aussi du cinéma dijonnais. Ll'idée c'est de "proposer aux spectateurs de voir plus de films dans de meilleures conditions, mais toujours des films étrangers en version originale, d'organiser des ateliers pédagogiques, d'inviter des réalisateurs, pour renforcer le travail entre les deux lieux."

Matthias Chouquer le directeur de l'Eldorado

C'est surtout une bouffée d'oxygène pour l'Eldorado, pour rester très vivant, c'est aussi un point d’horizon  pour Matthias Chouquer car le cinéma souffre depuis quelques années. Il précise, "c'est pour ça que l'Eldorado a voulu se lancer , il s'agit d'une négociation, nous ne sommes pas associés avec Ciné Alpes, il s'agit d'une entente. Négociation qui prévoit la fermeture du cinéma Devosge en centre-ville. "Nous verrons dans quelques années si nous avons fait le bon choix, espère Matthias Chouquer.

Inquiétudes du côté du Darcy et de l'Olympia

Un projet qui inquiète en revanche Sylvie Massu la propriétaire des cinémas Darcy et Olympia en centre-ville.

Pour la propriétaire de l'Olympia à Dijon, mettre un cinéma au coeur de la Cité de la Gastronomie c'est une aberration ! - Radio France
Pour la propriétaire de l'Olympia à Dijon, mettre un cinéma au coeur de la Cité de la Gastronomie c'est une aberration ! © Radio France - Faouzi Tritah

« Pour la survie des salles du centre-ville et au-delà de ça pour les dix-huit emplois de ces deux cinémas. Et puis pour les commerçants place Darcy et avenue Foch qui sont inquiets et qui s'inquiètent de me voir partir, car eux aussi vivent grâce à la clientèle des cinémas." Elle, s'étonne de voir la municipalité défendre ce projet car pour elle : "cette Cité de la Gastronomie c'est un bon projet pur Dijon, pour le tourisme, mais y mettre un cinéma c'est une aberration ! Si la Commission Départementale d'Aménagement Commercial (CDAC) le valide, c'est en raison d'une forte pression politique, pour faire plaisir à un marchand de béton qui doit trouver un nombre de visiteurs suffisants pour justifier son projet" assure Sylvie Massu.

Sylvie Massu, la propriétaire des cinémas Olympia et Darcy à Dijon

Elle envisage d'ailleurs de déposer un recours contre le projet s'il était validé par la CDAC. Elle doit se prononcer dans les mois à venir sur le projet. En attendant la guerre des cinémas est relancée à Dijon  !

Côté politique, François-Xavier Dugourd, conseiller départemental du canton Dijon 1, dénonce de son côté la mort annoncée du centre-ville avec ce projet de cinéma à la Cité de la Gastronomie. L'élu invite les dijonnais à rejoindre le collectif "Sauvons nos cinés" et à signer la pétition pour les maintenir en centre ville.