Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Colonies de vacances et déconfinement : on s’organise pour « garder l’esprit colo »

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

On prépare l’été dans les centres de vacances avec un protocole strict pour rassurer les parents et des animateurs qui s’organisent pour « garder l’esprit colo ». Visite guidée et masquée dans la forêt au bord du lac de Pierre-Percée.

Des séjours encadrés où il fraudra "garder ce côté, vivre ensemble, cet esprit colo".
Des séjours encadrés où il fraudra "garder ce côté, vivre ensemble, cet esprit colo". © Radio France - Thierry Colin

Les parents peuvent encore inscrire leurs enfants en juillet ou en août, mais pour la première semaine de juillet, le centre de vacances La Combelle affiche complet. 

L’endroit est prisé et il faut dire que le protocole sanitaire imposé par le gouvernement, suite à la pandémie du Covid-19, limite le nombre de lits dans cet écrin de verdure à Pexonne, au bord du lac de Pierre Percée.

Mètre réglementaire

On a joué les déménageurs en remisant des lits au grenier pour respecter le mètre réglementaire et limiter le nombre d’enfants ou d’adolescents dans les chambres. 

Garder l'esprit colo

C’est plus spacieux, tout comme la salle de classe qui n’a pas servi au printemps : toutes les classes de découverte ont été annulées. Cela représente 190 000 euros de rentrées d’argent en moins pour la structure, mais l’important était de pouvoir ouvrir cet été. 

On va privilégier le savon qui agresse beaucoup moins pour les enfants

Tanguy et Charlotte peaufinent les plannings pour l’été. Le protocole impose un « référent covid » qui sera spécialement chargé de vérifier l’application des gestes barrières. Les flacons de solution hydroalcoolique sont déjà présents dans le manège à côté des brides et des poneys et les enfants se laveront les mains avant et après les activités... et parfois même pendant les activités

« Dans tous nos lieux d'activité, on a un point d'eau à proximité, donc on va privilégier l'utilisation du savon qui agresse beaucoup moins pour les enfants » confie Charlotte Boudeau, directrice des séjours, qui précise qu’il y aura de la solution hydroalcoolique partout et qui veille à sécuriser le site et à l’adapter. « Il va falloir trouver des astuces pour garder ce côté, vivre ensemble, cet esprit colo » confie la jeune femme énergique. 

Tyrolienne et escalarbre par petits groupes

Autre subtilité du protocole : des groupes de 15 qui ne devront pas se mélanger, cela impose une réorganisation de toutes les activités. Même si le classique va rester : équitation, ferme pédagogique, pêche, tyrolienne, escalarbre – grimper en haut d’un sapin de manière sécurisée - et découverte nature dans un site où tout se trouve sur place. 

La solution hydroalcoolique sera présente partout.
La solution hydroalcoolique sera présente partout. © Radio France - Thierry Colin

A l'ombre des sapins, Tanguy Gallois recrute des animateurs et gère les futurs plannings d’activité : « le plus compliqué, ça va être la vigilance vis à vis des gestes barrières. Les groupes de 15, c'est tout au long de la journée et techniquement, il va falloir qu'on les laisse toujours ensemble de façon à ce qu'ils évitent de fréquenter d'autres jeunes pour ne pas qu'ils soient en contact avec l'ensemble du groupe. Ça va demander beaucoup plus d'organisation avec les équipes d'animation et il va falloir revoir, repenser tout ça avec nos animateurs quand ils seront là ».

On n’est pas sans s'inquiéter de ce que vont être les classes de découverte ou les colos dans les années à venir

Pas besoin de voyages en mini-bus : la colonie de vacances et sa ferme pédagogique sont vastes et les activités à proximité dans cette clairière au milieu des bois. « On est au cœur de la forêt vosgienne, d’ici on peut marcher jusqu’à la route des Crêtes vosgiennes en restant dans les bois » précise avec malice celui qui est à l’origine de la ferme pédagogique. 

Ecoutez Pierre Boudeau, directeurs des Pep54.

Pierre Boudeau, le directeur de l’association Les pupilles de l’enseignement public en Meurthe-et-Moselle est heureux de pouvoir enfin ouvrir : « On n’est pas sans s'inquiéter un peu de ce que vont être les classes de découverte ou les colos dans les années à venir. C'est un peu un test, cet été, et ce qui me rassure, c'est qu'à première vue on va tourner autour de 60 gamins pendant les deux mois donc, ça montre qu'il y a encore beaucoup de besoins et que tous les parents ne craignent pas les colos et ne veulent pas confiner les enfants chez eux »

Un passionné qui espère que le retour à la nature d’après confinement sera durable pour un centre de vacances entièrement tourné vers la forêt dans un milieu préservé avec des animaux de la ferme ; moutons, poules et autres équidés qui seront nourris tous l’été par les enfants et adolescents.

Cet été, la structure emploie 20 salariés, c’est trois personnes de plus que d’habitude : le référent covid, un animateur qui veille à la bonne application du protocole, et quatre personnes assureront le nettoyage matin et soir au lieu de deux habituellement. Une tonnelle supplémentaire permettra de prendre davantage de repas en extérieur et la cantine a été repensée avec quatre fois moins de monde à table, un sens de circulation et ce sera systématiquement deux services, midi et soir. Des précautions pour tes vacances en toute sécurité.

Ecoutez le reportage à La Combelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess