Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : des Franciliens venus en nombre dans l'est de l'Eure pour le week-end prolongé de l'Ascension

Dans l'Eure, on est dans le rayon des cent kilomètres depuis Paris. Beaucoup de Franciliens sont venus à l'occasion de ce grand week-end de l'Ascension déconfiné. Les mairies ont dû s'adapter.

Beaucoup de visiteurs ce week-end au château Gaillard, aux Andelys (Eure)
Beaucoup de visiteurs ce week-end au château Gaillard, aux Andelys (Eure) © Radio France - Noémie Lair

Ce week-end prolongé de l'Ascension était le premier long moment déconfiné depuis quelques semaines. Une liberté provisoire, dans un rayon limité, mais bienvenue. La Normandie est souvent la destination privilégiée des Franciliens en quête de dépaysement, mais cette fois, impossible de rallier les côtes, il a bien souvent fallu s'arrêter à la frontière de Rouen, exclue de peu du rayon de cent kilomètres depuis Paris

Face à cela, l'Eure et principalement l'est du département a eu la cote. A Lyons-la-Forêt, petit village à trente kilomètres de Rouen, il y a eu du monde, "et c'est un euphémisme", ironise le maire, Thierry Plouvier. Les 300 kilomètres de chemins forestiers ont attiré du monde, alors il a fallu prévoir : "Nous avons agrandi le parking, rouvert toutes les toilettes publiques et doublé les corbeilles de propreté, et cela s'est bien passé." Seule crainte de l'édile, des visiteurs qui s'aventurent un peu partout, y compris sur les propriétés privées, mais le week-end s'est déroulé sans souci.

On avait la police municipale et des renforts de gendarmerie pour canaliser et surveiller aux abords du château et en bord de Seine.

Plus à l'est, aux Andelys, on est à une vingtaine de kilomètres de l'Île-de-France. La ville a pour elle sa localisation, mais aussi son château Gaillard, vraie attraction touristique. "Il y a eu énormément de monde, avoue le maire, Frédéric Duché. Beaucoup de regroupements, pas forcément de distanciation physique, quelques excès et débordements, mais rien de très grave. On avait la police municipale et des renforts de gendarmerie pour canaliser et surveiller aux abords du château et en bord de Seine." Le donjon du château était ouvert au visite, mais uniquement sur réservations, et a fait le plein tout le week-end. 

Le maire avait tout de même un regret, d'ordre économique : "Les restaurant et les bars ne sont pas ouverts, alors les gens sont venus avec un panier pique-nique. On préfère qu'ils consomment local ! Mais on était content de les recevoir et on espère qu'ils vont revenir !" 

Pour Thierry Plouvier, c'était même une grande répétition pour le week-end de la Pentecôte, la semaine prochaine, qui attirera aussi les touristes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess