Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement : danser, malgré tout, avec Jean-Claude Gallotta

-
Par , France Bleu Isère

Comment le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta, à la tête d'une vingtaine de danseurs, vit-il le confinement ?.Il attend que le Premier Ministre donne aujourd'hui des précisions sur l'après 11 mai, pour savoir quand il pourra montrer sur scène sa prochaine création : Le jour se rêve !

Jean-Claude Gallotta, confiné à Uriage, continue de danser
Jean-Claude Gallotta, confiné à Uriage, continue de danser -

Jean-Claude Gallotta vient d'avoir 70 ans. Il fourmille toujours autant de projets, même si le Covid-19 l'oblige à se confiner, dans une maison, à Uriage, loin de la scène et de ses danseurs.

Jean-Claude Gallotta où l'art de vivre en dansant

Tournée annulée

Il a dû annuler sa tournée européenne et les représentations de "L'homme à la tête de chou" et "My ladies rock", au total une trentaine de dates. "Au début, on a essayé de reporter, on pensait que cela ne durerait pas si longtemps" explique Jean-Claude Gallotta. "Maintenant, on est résigné, on attend que le flou se dissipe."

L'homme à la tête de chou aurait dû tourner en Europe, s'il n'y avait pas eu de pandémie
L'homme à la tête de chou aurait dû tourner en Europe, s'il n'y avait pas eu de pandémie - Pauline Le Goff

Travailler et se tenir prêt

Pourtant, il continue de travailler car il doit se tenir prêt à recommencer aussitôt que ce sera possible: "Chaque jour, je danse. Puis j'appelle les danseurs. On se tient chaud par téléphone! Ils doivent continuer à s’entraîner pour garder la force musculaire et un bon cardiaque. Pour la dernière création, "Le jour se rêve", on avait déjà bien répété. Ils ont une vidéo, c'est une maquette chorégraphique. On travaille sur la _musique avec Rodolphe Burger_. Le plus gros du travail est fait."

Toutefois, il ne sait pas quand il pourra reprendre les répétitions à la MC2, à Grenoble, qui est fermée. "Pour aider les plus précaires, j'ai fait des dons, grâce à mes droits d'auteur. Mais l'Etat doit nous aider aussi. Le monde du spectacle et de la culture est en danger."

Prémonition

Alors, la crise sanitaire que nous traversons pourrait-elle l'inspirer pour ses chorégraphies futures? "Bien sûr!" répond-il. " Je m'inspire toujours de ce qui m’entoure. Mais dans le passé, j'avais déjà imaginé un ballet autour d'un virus, qui empêchait les gens de se toucher, avec des danseurs qui portaient des masques !" Prémonition de l'artiste qui réfléchit aussi en ce moment à une chorégraphie où les danseurs resteraient à un mètre les uns des autres... 

Jean-Claude Gallotta a mis sur son site les vidéos de ses spectacles pour donner de l'énergie à ceux qui les regarderaient : "On peut danser n'importe où, même si on est confiné dans un petit espace. On met de la musique et on danse. C'est la liberté !" Il se réjouit aussi de voir fleurir sur les réseaux sociaux des vidéos de gens qui dansent : "C'est une belle révolte contre le virus !" lâche-t-il dans un grand éclat de rire.

Une scène de "My ladies Rock"
Une scène de "My ladies Rock" - Giovanni Cittadini Cesi
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu