Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : "Il faut éviter l'effondrement humain, il faut des mesures puissantes" pour le secteur culturel

Le président de la République présente les premières orientations du plan pour la culture pour faire face à la crise sanitaire. Le secteur culturel est en souffrance. Michel Didym, le directeur du Centre dramatique national Nancy-Lorraine, était l’invité de France Bleu dans le Grand Est ce mercredi.

Portrait de Michel Didym, le 21 avril 2016.
Portrait de Michel Didym, le 21 avril 2016. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Le secteur de la culture est touché de plein fouet par les conséquences de l’épidémie de Covid-19. Suite aux mesures de confinement, les annulations d’évènements s’enchainent en cascade. Michel Didym, le directeur de La manufacture, le Centre dramatique national Nancy-Lorraine attend beaucoup des annonces d'Emmanuel Macron. Il appelle à des mesures concrètes d'urgence.

Il faut une parole forte sur la politique culturelle

Michel Didym attend beaucoup des annonces d'Emmanuel Macron et du plan pour la culture. Face au secteur du sport par exemple, la culture a le sentiment d’avoir été quelque peu oublié. Le ministre qui a été impacté par le coronavirus n'a selon lui "pas donné d’espoir, ni de sortie du tunnel." La conséquence, poursuit-il, c'est que le monde de la culture est dans l'attente : "Il faut une parole forte sur la politique culturelle"

Ce qui est aussi essentiel, explique Michel Didym, c'est de se rendre compte de la place centrale qu'occupe la culture dans la société : "En France, c’est indispensable, pas seulement pour le vivre ensemble et pour le lien social, mais pour la pensée comme émancipation personnelle. Notre intelligence et notre sens critique, c'est nos biens les plus précieux. On voit bien ce que l'ignorance et l'inculture causent comme dégâts majeurs".

L’art c’est un Etat où la liberté fait la loi

Pour sauver le monde de la culture, il faut mettre en place des mesures concrètes d’urgence, estime Michel Didym. "Il y a une urgence culturelle. Il faut vraiment mobiliser les gens qui œuvrent dans l'art pour empêcher la fermeture des espaces culturels, les grands comme les petits. Il faut déclarer un espèce d’état d'urgence culturel. L’art c’est un Etat où la liberté fait la loi. Et défendre un patrimoine vivant qui appartient à tout le monde, c’est fondamental dans notre civilisation française", estime le directeur du Centre national dramatique Nancy-Lorraine. 

Il va y avoir de la casse humaine

Il y a urgence parce que les professionnels du spectacle sont en danger, rappelle Michel Didym. Ce qui doit être examiné, c'est par exemple  la prorogation d'une année pour les droits des intermittents sinon l'année risque d'être catastrophique :  "Pour nous, c’est vraiment une catastrophe, les annulations de festivals, les annulations à la chaîne. Notre monde culturel est dans un état catastrophique et ça va être de pire en pire. Il va y avoir de la casse humaine. Il faut éviter l'effondrement humain, il faut des mesures très puissantes", dit le directeur de La manufacture.

Réécoutez l'interview complète de Michel Didym 

Michel Didym au micro France Bleu d'Alexandre Audabram

Choix de la station

À venir dansDanssecondess