Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la musique réduite au silence en Franche-Comté, tous les festivals de l'été sont annulés

-
Par , France Bleu Besançon

C’était prévisible, les annonces d’Edouard Philippe ont confirmé que l’été des festivals serait cette année réduit à néant. En raison de l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes, le festival de paille à Métabief, le No Logo à Fraisans, le Rolling Saône à Gray sont annulés.

Il n'y aura pas de festival de musique cet été en Franche Comté
Il n'y aura pas de festival de musique cet été en Franche Comté © Maxppp - Arnaud Castagné

Après les Eurockéennes de Belfort, c'est désormais l'ensemble des festivals de musique qui rythment l'été en Franche Comté qui sont contraints d'annuler. Le Festival de la paille qui devait fêter son 20e anniversaire  à Métabief dans le Doubs, fin juillet, le No Logo, grand-messe du reggae, qui devait se tenir mi-août à Fraisans dans le Jura et le Rolling Saône qui avait déplacé ses trois soirées de concerts à la fin août. Tous confirment qu'il n'y aura pas d'édition 2020 et donnent rendez-vous en 2021.

Plus de 150 000 euros de pertes pour le Festival de la paille  

A Métabief dans le Haut-Doubs, les organisateurs du Festival de la paille ne se faisaient guère d’illusions, mais cette fois c’est certain. La 20e édition qui devait accueillir du 31 juillet au 1er août entre autres les groupes I Am, Thérapie Taxi ou encore Jean-Louis Aubert est annulée. Les 3.500 billets déjà achetés seront remboursés. L’organisation communiquera ultérieurement sur les modalités de ce remboursement. 

Plus de 25 000 personnes étaient attendues cet été au pied du Mont d’or pour une édition anniversaire qui devait être une énorme fête. Financièrement, les pertes pourraient dépasser les 150 000 euros entre les charges fixes de personnel ou de loyers, les frais déjà engagés de communication, les acomptes versés pour les artistes. 

La trésorerie du Festival de la paille est solide grâce notamment à de très belles premières éditions, le festival n’est donc pas en péril mais les organisateurs espèrent que les collectivités maintiendront leurs subventions  malgré l’annulation. Sébastien Pigagnole, le tout nouveau directeur, estime aussi qu’à l’avenir "il faudra revoir les modalités économiques de ce type de festival", vu les dégâts causés par les annulations en cascade. Il espère que les boites de production et les artistes revoient leurs prestations à la baisse pour permettre à chacun de s’en sortir.

Le groupe I Am devait être l'une des têtes d'affiche de La paille en 2020.
Le groupe I Am devait être l'une des têtes d'affiche de La paille en 2020. © Maxppp - Simon Daval

Le Rolling Saône de Gray mise sur les mêmes affiches en 2021

Pour le festival Rolling Saône de Gray en Haute-Saône, les annonces d’Edouard Philippe sont le coup fatal. Prévu initialement comme chaque année au mois de mai, les organisateurs avaient trouvé l’énergie de déplacer tous les artistes à la fin du mois d’août mais cette fois il n’y a plus rien à faire. 

Pour que le festival Rolling Saône soit équilibré financièrement, chacune des trois soirées doit faire 8.000 entrées ce que le festival fait chaque année sans problème. Impossible financièrement pour des questions de rentabilité de descendre la jauge en dessous des 5.000 et quand bien même, pour le patron Christophe Laurençot, "on ne peut pas garantir la sécurité sanitaire de milliers de personnes pour un concert d’autant plus que Rolling Saône accueille surtout un public  familial"

Financièrement, l’annulation entraînera des pertes de 40 à 50 000 euros liées aux frais de communication essentiellement. Les billets seront remboursés et les organisateurs feront tout pour tenter l’an prochain de faire revenir les même têtes d’affiche que celles programmées cette année en l’occurrence Zazie, Offenbach, Bob Sinclar ou Roméo Elvis.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le No Logo à Fraisans est annulé mais on garde la tête haute : "On se battra"

Cas particulier parmi les festivals francs-comtois le No Logo, festival de reggae de Fraisans dans le Jura ne reçoit aucune subvention, il fonctionne uniquement grâce à la billetterie et "sans festivalier cette année ce sera chaud" reconnait l’organisateur Florent Sanseigne qui, comme les autres festivals est contraint d’annuler l’édition 2020, prévue du 14 au 16 août. 

Pour Florent Sanseigne, les annonces d’Edouard Philippe ont le mérite de fixer un cadre réglementaire, l’annulation devient un cas de force majeure, "cela permettra de casser légalement les contrats engagés". Le festival remboursera bien évidemment ceux qui avaient déjà acheté leurs billets (c’est une obligation légale) mais il proposera à ceux qui le désirent de garder leurs places pour 2021

Une réflexion est en cours également pour permettre d’acheter des places en avance pour apporter un peu de trésorerie et surtout l’organisation du No Logo compte pour une fois sur l’Etat pour qu’il débloque un fonds d’urgence pour l’ensemble des festivals contraints à l’annulation. Enfin le patron du No Logo espère surtout que la circulaire Collomb, qui exige des festivals de prendre en charge le coût de la sécurité, soit enfin levée. 

"On garde la tête haute, on va se battre." disent les organisateurs Le no logo qu’on se le dise n’est pas mort dans le Jura 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess