Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le confinement vu par Stivell, Servat et Dan Ar Braz, artistes majeurs de la scène bretonne

Alan Stivell, Gilles Servat et Dan Ar Braz, trois des plus grands noms de la musique bretonne, vivent différemment leur confinement entre projets ou forte angoisse, n'ayant pas de soucis financiers comme beaucoup d'autres musiciens. Ils rendent aussi hommage aux personnels soignants.

Dan Ar Braz, Alan Stivell, Gilles Servat en décembre 2019
Dan Ar Braz, Alan Stivell, Gilles Servat en décembre 2019 © Maxppp - Lionel le Saux

D'abord de la compassion pour les personnels soignants, c'est la priorité des trois artistes. "Je pense aux personnels de santé ou encore aux agents de nettoyage" explique Alan Stivell "j'ai l'impression de vivre dans une sorte de prison dorée ". Même chose pour Gilles Servat qui s'estime privilégiée "Je suis content de ne pas habiter en ville car j'ai un terrain devant chez moi où je fais courir mes chiens" raconte l'artiste. "Je ne me plains pas de mon confinement. Mais je ne peux pas aller à la mer, sauf regarder les marées de ma fenêtre à Locoal-Mendon". 

Je me sens un peu inutile par rapport à ceux qui essayent de sauver des vies -Dan Ar Braz

Mettre à profit le confinement

Alan Stivell n'est plus en tournée depuis septembre 2019 et avant le confinement, il avait commencé à travailler sur une nouvelle version de "la symphonie celtique" une oeuvre musicale créée en 1979. De son studio installé dans sa maison de la région rennaise, il poursuit donc son travail "je suis même dans de meilleures conditions pour le faire car j'ai une concentration plus grande qui ressemble à celle que je peux avoir en pleine nuit. Ce calme est propice pour moi".  Le confinement est d'ailleurs inhérent à l'artiste rappelle Dan Ar Braz dont une partie du travail se fait en solitaire. De son côté, Gilles Servat mène de front deux projets, d'abord le mixage de son dernier album enregistré en février au théâtre de Morlaix et aussi l'écriture "je profite de ces moments en dehors de la scène pour reprendre mes romans".

Les angoisses de Dan Ar Braz

De son appartement de Quimper, Dan Ar Braz ne souffre pas non plus de son confinement mais "je ne vais pas sur la terrasse parce que c'est un endroit de détente et de fête et je n'ai pas envie de faire la fête".  Le créateur de "l'Héritage des Celtes" avoue tout de même qu'il est angoissé "j'ai beaucoup de mal à me concentrer, je ne prends pas cette situation comme une récréation je prends cela très au sérieux et je respecte scrupuleusement ce qu'on me demande de faire. Je me pose beaucoup de questions". Dan Ar Braz avoue qu'il occupe son temps comme il le peut sans but précis "j'ai des guitares partout autour de moi, je change des cordes, je travaille une phrase, je chante une chanson, je regarde une émission sur la nature mais j'ai éteint les chaînes d'info car ça ne faisait qu'accentuer mon anxiété".

Les espoirs d'un monde meilleur

Les trois musiciens évoquent aussi leur situation d'artistes reconnus "j'ai une énorme chance" rappelle Gilles Servat "je ne suis plus intermittent du spectacle car j'ai 75 ans et je suis retraité. Je pense aux musiciens qui travaillent avec moi, ils vont être pris en charge mais ils n'ont plus de travail". Pour l'après confinement, Gilles Servat se montre plutôt optimiste en évoquant tous les élans de générosité, de solidarité avec parfois une dose d'humour qui se mettent en place sur internet "je pense que du point de vue humain, ça aura des conséquences avec une fraternité plus grande et de meilleures relations entre les gens. J'espère aussi que nos gouvernants vont enfin donner des moyens au monde médical ". Alan Stivell veut y croire aussi "la fraternité et la solidarité universelle sont les thèmes principaux de la symphonie celtique. Tout cela c'est utopique, mais on peut espérer cette de prise de conscience".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu