Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Coronavirus : le Cirque Arlette Gruss, installé à Aix-les-Bains, part en tournée avec beaucoup d'incertitudes

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Après six mois d'arrêt en raison du confinement, le cirque Arlette Gruss démarre une nouvelle tournée. Première date à Aix-les-Bains (Savoie), de mercredi à dimanche, avec un protocole sanitaire très strict pour pouvoir accueillir les spectateurs sans risque.

Le cirque pourra accueillir 1.200 spectateurs contre 2.000 en temps normal
Le cirque pourra accueillir 1.200 spectateurs contre 2.000 en temps normal © Radio France - Xavier GRUMEAU

"Excentrik", c'est le nom du nouveau spectacle du Cirque Arlette Gruss présent à Aix-les-Bains (Savoie) jusqu'au dimanche 27 septembre. Le cirque a choisi les bords du lac du Bourget pour son premier arrêt de France avant de partir en tournée. Depuis quelques jours, les répétitions se déroulent sur l'esplanade du lac.

Ce mercredi, les artistes vont donner leur première représentation depuis le confinement en mars. Six mois d'arrêt, c'est du jamais vu dans l'histoire du cirque et forcément, les conséquences économiques sont lourdes.

"Le Cirque Arlette Gruss a besoin de 30 000 euros quotidiennement pour être dans ses frais. Avec la crise, les pertes se comptent en millions d'euros." - Rémy Bécuwe, coordinateur du spectacle

ECOUTEZ - Rémi Becuwe, coordinateur du spectacle : "Les clowns ne peuvent plus toucher les spectateurs"

Pour survivre, le cirque compte sur le chômage partiel des techniciens, des caissiers, des musiciens mais ce n'est pas suffisant. Selon Rémy Bécuwe, coordinateur du spectacle, le cirque "n'a aucune visibilité sur l'avenir car [il] dépend de la situation sanitaire [...] c'est toute la profession qui est en danger".

Cette année, le cirque ne présentera pas de numéros avec des animaux sauvages. Seuls des animaux domestiques (chiens, chevaux, chameaux) seront sur la piste.
Cette année, le cirque ne présentera pas de numéros avec des animaux sauvages. Seuls des animaux domestiques (chiens, chevaux, chameaux) seront sur la piste. © Radio France - Xavier GRUMEAU

Seule solution pour y remédier : le retour du public. Avec le protocole sanitaire, la capacité des gradins n'est pas à son maximum. D'habitude, le cirque accueille 2000 spectateurs, aujourd'hui il ne dépasse pas les 1200 personnes. Comme au cinéma, le port du masque est obligatoire et chaque groupe doit être séparé d'un ou plusieurs sièges. Pour éviter que trop de gens ne se croisent, six entrées seront accessibles contre deux habituellement. Les nourritures et boissons sont disponibles avant d'entrer dans le chapiteau et ne sont consommées qu'une fois assis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess