Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le musée de la Romanité de Nîmes s'active pour la réouverture

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le gouvernement l'assure : les musées font partie des lieux prioritaires à rouvrir à partir de la mi-mai et de façon territorialisée. Le musée de la Romanité à Nîmes se prépare activement, avec une nouvelle exposition en plein chantier.

Trois conservateurs du musée de la romanité, qui préparent actuellement la prochaine exposition.
Trois conservateurs du musée de la romanité, qui préparent actuellement la prochaine exposition. © Radio France - Lise Roos-Weil

Au-dessus des petites vitrines, dans les sous-sols du musée de la Romanité, trois conservateurs s'activent. Ils nettoient, vérifient la position des œuvres. "Ça fait du bien et ça donne de l'espoir, se réjouit Cécile Carrier, chargée d'étude au musée et co-commissaire scientifique de l'exposition. On a hâte de pouvoir ouvrir parce qu'un musée sans public, c'est un endroit mort. On a l'impression que même les objets sont tristes !" L'exposition, prévue l'été dernier, a été reportée. Elle débutera dès l'ouverture des musées. Le gouvernement assure qu'ils font partie des lieux culturels prioritaires. Ils pourraient rouvrir dès la mi-mai, de façon territorialisée.

"On a hâte de pouvoir ouvrir parce qu'un musée sans public, c'est un endroit mort. On a l'impression que même les objets sont tristes !"

Les œuvres d'art somnolent depuis des mois mais les équipes, elles, n'ont pas chômé. "Il y a un gros travail en amont, après le report nous avons dû travailler des semaines sur la scénographie, mais aussi sur l'organisation logistique des prêts des œuvres et sur la rédaction et la relecture des cartels et du catalogue", explique Manuela Lambert, la commissaire de l'exposition. "On n'a pas arrêté depuis le 11 mai l'année dernière, ajoute Jean-Marc Bres, agent technique au musée. On en a profité pour nettoyer les collections qu'on avait en vitrines qui étaient très poussiéreuses."

Manuela Lambert a notamment travaillé sur l'aménagement des espaces. Elle sait que la jauge sera forcément réduite à cause du contexte sanitaire. "Vous voyez, dans la scénographie, au début on a un espace très grand mais après on a des espaces plus intimiste, montre-t-elle d'un geste du bras. Donc dans la circulation des personnes il faudra le prendre en compte."

Une exposition exceptionnelle pour la réouverture

Dans le hall du musée, la signalétique est déjà installée, avec de gros autocollants rouge au sol. Mais il reste encore un petit peu de travail à Benoît Badiou, le chargé d'exploitation : "Les réserves de gel hydroalcoolique, les stylets individuels par visiteur, les masques pour le personnel, énumère-t-il.  Mais on est prêts à ouvrir en 48 heures, dès qu'on le pourra. On espère en tout cas qu'il y aura beaucoup de monde !" 

Même empressement de retrouver le public pour le directeur du musée, Fabrice Cavillon. "Un des plus gros soulagements sera de retrouver l'ensemble de l'équipe du musée au travail en même temps", souligne-t-il, alors que la moitié du personnel est en chômage partiel depuis fin octobre.

Reportage en pleine préparation de l'exposition, à quelques semaines de la réouverture des musées.

Avant d'accueillir enfin le public, le musée de la Romanité recevra dès la semaine prochaine les premières œuvres prêtées par le Louvre, parmi d'autres partenaires. Le musée parisien livre près d'une trentaine de pièces pour cette exposition temporaire exceptionnelle. "Empereur romain, mortel parmi les dieux" sera accessible dès l'ouverture des musées et jusqu'au 19 septembre, avec un sujet historiquement important à Nîmes : le culte impérial.

La commissaire de l'exposition "Empereur romain, mortel parmi les dieux", Manuela Lambert, nous présente l'exposition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess