Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : les sites touristiques normands comptent sur les visiteurs régionaux cet été

Festyland, le plus grand parc d'attraction de Normandie situé aux portes de Caen n'a pas rouvert en avril. Son propriétaire s'inquiète des graves retombées économiques pour son parc et plus largement pour le secteur normand. Il appelle les Normands à venir redécouvrir les sites de la région.

Le Mont-Saint-Michel (Manche) Le Mont-Saint-Michel (Manche)
Le Mont-Saint-Michel (Manche) © Radio France - Lucie Thuillet

Pour la première fois depuis sa création il y a plus de 30 ans, Festyland n'a pas ouvert ses portes en avril en raison du confinement lié au coronavirus. Le mois d'avril est l'un des trois mois les plus importants pour le parc d'attraction situé aux portes de Caen et qui emploie 17 salariés. "Malheureusement nous avons été contraints par les circonstances de ne pas ouvrir après déjà six mois de fermeture classique, regrette Hervé Lebel, vice-président de Normandies Sites et propriétaire de Festyland. Ce qui fait que depuis pratiquement huit mois maintenant nous n'avons pas eu un visiteur et le parc est désert. Sans rentrer dans les détails, les pertes dépassent le million d'euros sur les quinze premiers jours d'avril."

Publicité
Logo France Bleu

Le plus grand parc d'attraction de Normandie attire près de 225.000 visiteurs par an. Son propriétaire est pessimiste sur la possibilité d'un rattrapage de ces pertes cet été : "Les vacances d'avril sont majeures et très ensoleillées donc on aurait fait une très belle saison. Cela étant, nous espérons déjà ouvrir, ce qui n'est déjà pas une certitude absolue. On attend les consignes du gouvernement et les mises en place de tout ce qui est protection."

Plus largement, Normandie Sites, la structure dont il est le vice-président, regroupe près de 133 structures (musées, zoos, Mont Saint-Michel..) et accueille plus de onze millions de visiteurs en Normandie. Hervé Lebel espère que tous les sites ne connaîtront pas la même catastrophe que Festyland "mais beaucoup de nos confrères au sein de l'association vont être dans une situation très critique".

Imaginez une profession sans revenu pendant plusieurs mois. Aujourd'hui la trésorerie est à zéro. 

"Imaginez une profession sans revenu pendant plusieurs mois - plus de six mois pour la plupart d'entre nous - aujourd'hui la trésorerie est à zéro, s'inquiète Hervé Lebel_. On attend évidemment avec impatience la possibilité de rouvrir dès que ce sera possible sur le plan sanitaire."_

Le déconfinement ne permettra pas le retour de la clientèle étrangère dans un premier temps et sera probablement restreinte à celle de la région. Normandie Sites a donc décidé de lancer un appel aux Normands pour qu'ils aillent visiter cet été les sites touristiques à proximité de leur habitation.

Nous espérons que les Normands vont redécouvrir leur propre région

"Nous espérons que les Normands vont redécouvrir leur propre région et auront envie, après avoir été confinés plusieurs mois, de s'oxygéner, de sortir et peut-être de redécouvrir toutes les beautés de notre région et tous nos sites touristiques - et Dieu sait s'ils sont nombreux", explique le vice-président de Normandies Sites et propriétaire de Festyland.

"Ce déconfinement pourrait permettre de relancer une économie qui en a bien besoin sur le plan touristique. On compte énormément sur cette clientèle d'autochtones et de Normands. On met tout en place pour que la confiance revienne et pour les accueillir dans des conditions optimum de sécurité", assure-t-il.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu