Culture – Loisirs

Côte-d'Or : la résurrection de l'église d'Arc-sur-Tille

Par Christophe Tourné et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mardi 17 mai 2016 à 6:21

L'intérieur de l'église d'Arc-sur-Tille
L'intérieur de l'église d'Arc-sur-Tille - Thomas Nougaillon

Fermée depuis 1989, et même menacée de destruction en 2004, l'église d'Arc-sur-Tille semble aujourd'hui sauvée. Miracle ? Pas vraiment.

Ce lundi de Pentecôte était une journée particulière pour tous les amoureux de l'église d'Arc-sur-Tille! Dans le cadre de l'opération nationale de découverte des clochers de France cet édifice religieux était en effet ouvert à la visite, avec sous la houlette de l'association "UEPA" ("une église pour Arc-sur-Tille") la découverte des gigantesques travaux réalisés pour sa sauvegarde.

Un peu plus d'un million d'euros ont déjà été investis dans cette église construite en 1829, fermée en 1989 et menacée de destruction en 2004 car elle s'affaissait dans le sol. Aujourd'hui , même s'il reste beaucoup à faire, ces travaux l'ont sauvé.

André Fanjaud, le président de l'UEPA, peut être fier en présentant le résultat.

André Fanjaud, le président de l'UEPA - Aucun(e)
André Fanjaud, le président de l'UEPA - Thomas Nougaillon

« Vous avez toute une palette d'affiches qui représentent les travaux depuis la première heure, c'est à dire depuis le 21 mars 2013 jusqu'à septembre 2015. Ca représente trois années de travaux gigantesques, des fondations jusqu'à la toiture. Aujourd'hui cette église est sauvée totalement. Elle ne bougera plus. Elle est là pour deux mille ans au moins. Nous en parlerons à ce moment là !! »

André Fanjaud, le président de l'UEPA,

Jean-Marie Schlenger, le trésorier de l'UEPA, - Radio France
Jean-Marie Schlenger, le trésorier de l'UEPA, © Radio France - Thomas Nougaillon

Grosse frayeur toutefois pour Jean-Marie Schlenger, le trésorier de l'UEPA, dans le clocher où un visiteur s'amuse à faire sonner les cloches. Les taquets sur lesquels elles reposent sont d'époque et non pas été vérifiés.

« Attention avec la vibration, il faut faire gaffe !! » prévient-il

Hormis certaines parties comme cette portion du clocher les gigantesques travaux ont permis de sauver cette église qui menaçait de s'écrouler. André Fanjaud, le président fondateur de l'UEPA, en aurait presque la larme à l'oeil. Pour lui c'est un combat qui dure depuis un quart de siècle.

"La nef est dégagée. On n'a pas l'impression qu'ici il y avait un monticule de terre de trois mètres, qu'il y avait des engins de travaux publics, qu'il y avait des foreuses qui enfonçaient quatre-vingt douze tubes en acier jusqu'à 15 mètres de profondeur pour le choeur et toute la partie derrière des pièces annexes. On y injecte en même temps du ciment pur sous très haute pression.»

Si le gros des travaux a été réalisé, il reste encore beaucoup à faire notamment au niveau des toitures et de la décoration intérieure ajoute Jean-Marie Schlenger.

« Le combat est bien avancé. Il nous reste le chauffage, l'électricité, l'accès pour les personnes à mobilité réduite. Et à partir de là, on pourra rouvrir l'église.»

Mécanisme des cloches - Radio France
Mécanisme des cloches © Radio France - Thomas Nougaillon

En attendant ce jour plus de 600 visiteurs ont participé à cette visite exceptionnelle de l'église d'Arc-sur-Tille en ce lundi de pentecôte. La prochaine ce sera pour les journées du patrimoine.

Deux millions d'euros auront été investis dans ces travaux collossaux. Une nouvelle souscription est ouverte au public. Pour y participer, cliquez sur le site www.uepa.fr ou rendez-vous au broc annuel de l'association ce dimanche 22 mai à Arc-sur-Tille ou l'on attend 1500 à 2000 personnes comme chaque année!

Le reportage de Thomas Nougaillon