Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Cours d'eau à risque : durant l'été les hydroguides alertent la population

lundi 25 juillet 2016 à 6:30 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

Qui dit été dit chaleur... et implique donc baignade pour les vacanciers et locaux.Mais certains lieux sont interdits à la baignade à cause de la présence de nombreux barrages en amont de ces rivières. Pour sensibiliser les baigneurs, EDF invente un nouveau métier. Celui d'hydroguide.

Alexandre et Nils en pleine opération de prévention sur les bords du Furon.
Alexandre et Nils en pleine opération de prévention sur les bords du Furon. © Radio France

Rhône-Alpes, France

Les nombreux lacs et cours d'eau de la région sont pris d'assaut en ce mois de juillet. Parmi ceux-ci, le Furon, en amont de la centrale de Sassenage, est un des plus fréquentés de la région. Il faut dire que l'eau claire et le cadre magnifique invitent à la combinaison bronzage-farniente. Les touristes, mais aussi les locaux investissent donc le lit de la rivière. Mais celui-ci est interdit.

La tentation est grande d'aller se prélasser dans le lit du Furon, mais la baignade est interdite ! - Radio France
La tentation est grande d'aller se prélasser dans le lit du Furon, mais la baignade est interdite ! © Radio France

Nils : "le barrage en amont est un peu spécial".

Cours d'eau sous surveillance de la Haute-Savoie à la Drôme

Le barrage situé en amont de la rivière peut lâcher de l'eau à n'importe quel moment. Voilà le message, pour le moins inquiétant, que Nils et Alexandre tentent de faire passer aux baigneurs, casquettes EDF vissées sur la tête. Ils sont étudiants, et leur job d'été, en 2016, est celui d'hydroguide.

Le premier producteur d'électricité au monde fait appel à 46 étudiants comme Nils et Alexandre, cet été, pour prévenir la population en cours de baignade dans les zones interdites. Les cours d'eau de la Haute-Savoie, la Savoie, l'Isère et la Drôme dont le débit est susceptible d'augmenter sont ainsi surveillés comme le lait sur le feu.

"Un des critères principaux (de dangerosité), c'est le niveau de fréquentation"

Un précédent à éviter : le drame du Drac

En plus des hydroguides, EDF tente de sensibiliser via des panneaux, des prospectus, et même une application pour smartphones. Le but : éviter un drame comme celui qui avait coûté la vie à 8 enfants en Isère en 1996. Une classe alors en sortie scolaire avait été surprise par un lâcher d'eau sur le Drac. L’événement avait bouleversé toute la région.

Attention danger : l'eau peut monter à tout moment. - Radio France
Attention danger : l'eau peut monter à tout moment. © Radio France

Pourtant les baigneurs continuent à affluer dans ces zones à risques. "Il n'existe pas de signal pour prévenir un lâcher", explique Sandrine Piquier, chargée de mission communication EDF dans les Alpes. "Ceux-ci se font en fonction des pics de demande en électricité", rajoute-t-elle. (un lâcher d'eau n'est pas prévisible)

"Un lâcher d'eau n'est pas prévisible"

Il est donc primordial de prévenir la population afin d'éviter d'éventuels accidents, voire pire. Nils et Alexandre, les deux hydroguides l'affirment : dans l'ensemble la population rencontrée est réceptive au message, mais pas à tous les coups. "Certains, surtout les locaux, se sentent un peu agressés, ils n'ont jamais vu la rivière en crue alors forcément...", explique Alexandre.

Alexandre (à gauche) et Nils : profession hydroguide. - Radio France
Alexandre (à gauche) et Nils : profession hydroguide. © Radio France

Les Alpes représentent un tiers de la production électrique d'EDF en France. Avec 121 centrales et 132 barrages, et devant une population touristique toujours plus nombreuses, l'hydroguide en devient presque indispensable. Leur nombre a augmenté ces dernières années, et ne devrait pas baisser de sitôt.

Le reportage France Bleu sur les bords du Furon, cours d'eau à risque