Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Dans l'Yonne, comment les cathédrales et la basilique sont-elles protégées ?

mercredi 17 avril 2019 à 0:43 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Après l'incendie qui a détruit lundi soir Notre-Dame de Paris, nos édifices religieux, et notamment de la cathédrale de Sens considérée comme la mère de Notre-Dame, sont-ils bien protégés et sécurisés ? .

La cathédrale Saint-Etienne de Sens
La cathédrale Saint-Etienne de Sens © Maxppp -

Sens, France

Pourquoi la cathédrale Saint-Etienne de Sens est-elle considérée comme la mère de Notre Dame ?

Car Saint -Etienne est la première cathédrale en France de style gothique. Au Moyen-âge, Paris n'était qu'un évêché et dépendait de l'Archevêché de Sens. C'est d’ailleurs dans la cité sénonaise que le pape de l'époque Alexandre III résidait. Alexandre III qui a posé la première pierre de Notre-Dame de Paris en 1163 et qui l'année suivante consacrait l'autel Saint-Pierre et Saint-Paul dans la cathédrale de Sens. On peut donc dire que Notre-Dame de Paris est une des filles de la cathédrale de Sens. Les deux sont construites dans le même style, caractéristique de cette nouvelle architecture gothique. Grâce à la croisée d'ogives, les murs ne sont plus porteurs et permettent la création de grandes ouvertures pour laisser entrer la lumière.  Les charpentes construites au XIIIe siècle sont de la même facture. Celle de Notre-Dame vient de disparaitre dans les flammes, celle de Sens est encore présente, heureusement.

Quels systèmes de sécurité sont mis en place à la cathédrale de Sens ?

La cathédrale obéit aux mêmes règles de sécurité que les bâtiments qui accueille du public. Il existe des alarmes incendies et des colonnes sèches ont été installées jusque sous la charpente pour permettre aux pompiers, en cas de départ de feu, de brancher directement leurs lances sans avoir à monter les tuyaux par des escaliers et coursives souvent étroits.  Des pompiers qui participent au moins une fois par an à une manœuvre dans le bâtiment pour savoir exactement quoi faire en cas d'incendie. Des exercices qui se pratiquent aussi dans les autres édifices religieux du département que ce soit à la cathédrale d'Auxerre ou à la Basilique de Vézelay.  Et puis sachez qu'en cas de sinistre comme pour Notre-Dame de Paris, c'est l'Etat qui est propriétaire du bâtiment.  Il est donc son propre assureur et doit donc assumer le coût des dégâts. C'est donc lui qui paye c'est-à-dire nous.

Ce drame va-t-il entraîner un renforcement des mesures de sécurité ?

Dans l'Yonne en tout cas le vicaire général l'espère. Joël Rignault lance un cri d'alarme pour que les systèmes électriques soient refaits. 

« Dans nos deux cathédrales à Auxerre et à Sens, l’électricité est ancienne. Sans doute, faudrait-il urgemment regarder l’état de santé de tout le dispositif car les installations ont été réalisées au cours du temps et il n’y a pas forcement de vision générale. Or, on le sait, le danger vient souvent de ces installations anciennes. Il y a urgence. Nous lançons ces appels depuis très longtemps sans réponse pour l’instant et cela me semble inquiétant » poursuit le vicaire général.  

Si rien ne semble bouger chez nous, en Espagne en revanche, la sécurité électrique de tous les monuments sera revu a annoncé le ministre de la culture José Guira.