Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Dans le Pas-de-Calais, on veut faire du "beau et du bon" en rénovant une pépite du patrimoine rural

mercredi 5 septembre 2018 à 8:52 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

La ferme artésienne de Vieille-Chapelle, dans le Béthunois, est en cours de restauration. Typique du patrimoine rural local, elle fait partie des quatre sites de la région susceptibles de bénéficier des recettes du Loto du Patrimoine, le 14 septembre.

La ferme artésienne de Vieille-Chapelle, construite dans les années 1920, est typique du patrimoine rural du Pas-de-Calais
La ferme artésienne de Vieille-Chapelle, construite dans les années 1920, est typique du patrimoine rural du Pas-de-Calais © Radio France - Stéphane Barbereau

Vieille-Chapelle, France

En pleine campagne, le bâtiment en briques rouges ne manque pas de cachet même s'il est toujours en travaux. Cette ferme artésienne a été construite dans les années 1920 après avoir été détruite par des bombardements allemands pendant la première guerre mondiale. Elle est typique du patrimoine rural du Pas-de-Calais : un plan en carré, entouré de bâtiments en brique rouge, avec une chapelle attenante. Ici, la chapelle a été construite des mains de l'ancien propriétaire, Gerorges Sénéchal, dans les années 50. Il s'est éteint en 2007, à l'âge de 103 ans. Il lègue alors son bien à la mairie à condition qu'elle lui donne une vocation sociale. La commune lance un appel à la projets et retient celui de l'association "sourires d'autistes" qui souhaite construire une maison d'accueil pour les adultes autistes explique sa présidente, Geneviève Serrure : 

C'est un devoir de parents responsables parce qu'après nous, que deviennent nos enfants ? On est en train de faire quelque chose qui correspond à ce qu'on a connu : la rupture des 20 ans, on en veut plus, on en peut plus !

Geneviève Serrure, président de "Sourires d'autistes" et Jean-Michel Desse, le maire de Vieille-Chapelle - Radio France
Geneviève Serrure, président de "Sourires d'autistes" et Jean-Michel Desse, le maire de Vieille-Chapelle © Radio France - Stéphane Barbereau

Faire du "bon et du beau"

Cette rupture des 20 ans, c'est l'âge auquel les jeunes autistes ne trouvent plus de lieu adapté. Ils sont accueillis en Institut Médico-Educatif tant qu'ils sont mineurs mais au-delà, ils se retrouvent sans structure approprié. D'où l'idée de cette maison des autistes, ouverte sur le monde extérieur. Les personnes autistes pourront y vivre (24 logements doivent être construits dans le parc de 10 hectares attenant), participer à des ateliers (informatique, poterie, salle de psychomotricité,...) accueillir des associations culturelles pour des expositions ou des spectacles. 

Ce qui rend le bâtiment encore plus magnifique, c'est la vocation qu'on lui donne. On est vraiment en train de faire quelque chose de beau et de bon.

L'arrière de la ferme artésienne donne sur un vaste champ de 10 hectares où seront construits 24 logements pour autistes - Radio France
L'arrière de la ferme artésienne donne sur un vaste champ de 10 hectares où seront construits 24 logements pour autistes © Radio France - Stéphane Barbereau

la toiture et les murs extérieurs ont déjà été rénovés pour un montant de 800 000€. Jean-Michel Desse est le maire de Vieille-Chapelle, une petite commune de 850 habitants du Béthunois : 

Il y avait des arbres qui poussaient partout avant, c'était la forêt vierge. On a refait 77 000 tuiles, les anciens poulaillers, les anciens clapiers.

La grange mesure 35 mètres de long. Du matériel agricole datant du milieu du siècle dernier y est encore entreposé - Radio France
La grange mesure 35 mètres de long. Du matériel agricole datant du milieu du siècle dernier y est encore entreposé © Radio France - Stéphane Barbereau
Les étables sont encore présentes dans le bâtiment - Radio France
Les étables sont encore présentes dans le bâtiment © Radio France - Stéphane Barbereau

D'autres travaux vont débuter d'ici deux semaines mais il manque encore 1 million d'euros pour réaménager l'intérieur du bâtiment : transformer les étables en salle de psychomotricité, les écuries en salle de poterie et d'informatique. Dans la partie habitation de la ferme, on passe à travers le plancher en bois en ce moment, une salle de réunion doit être créée ainsi que des chambres pour accueillir les familles des pensionnaires autistes. Le maire espère que le Loto du Patrimoine permettra de financer 400 000€ de ces travaux programmés. Jean-Michel Desse a plaidé sa cause à l'Elysée, lorsque le Loto a été présenté officiellement, il en a parlé directement à Brigitte Macron, la femme du président de la République :

Elle est très sensible aux problèmes des autistes. Elle nous a renvoyés un courrier. J'espère bien qu'elle va nous aider s'il manque des financements. je lui ai même proposé d'être la marraine le jour où ça ouvrira

La maison des autistes doit ouvrir en 2020 avec, peut-être, la première dame comme marraine. Un bailleur social doit encore construire 3 pavillons pour accueillir les autistes adultes (ce qui représente 1,5 millions d'euros). Le projet est financé par la mairie, la fondation du patrimoine, le conseil régional des Hauts-de-France, le conseil départemental du Pas-de-Calais. Une souscription est également lancée par l'association "sourires d'autistes" via le site internet de la mairie.

Il reste encore des travaux de réaménagement intérieur à réaliser dans la partie habitation de la ferme - Radio France
Il reste encore des travaux de réaménagement intérieur à réaliser dans la partie habitation de la ferme © Radio France - Stéphane Barbereau