Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Dans les coulisses du cirque Bouglione, installé au Mans pour cinq jours

mardi 2 février 2016 à 18:33 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Parti en tournée en octobre pour la première fois depuis 35 ans, le cirque d'hiver Bouglione pose ses valises aux Mans pour cinq jours jusqu'à dimanche. Un véritable village de 150 personnes dont l'installation a nécessité près de deux jours.

Le cirque Bouglione s'installe cinq jours aux Quinconces des Jacobins
Le cirque Bouglione s'installe cinq jours aux Quinconces des Jacobins © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

Depuis 2009, c'est la première fois que le centre-ville manceau accueille de nouveau un cirque. Et pas n'importe lequel : pour sa première tournée depuis 35 ans, le cirque d'hiver Bouglione a choisi de faire étape au Mans pour cinq jours et huit représentations. La première aura lieu ce mercredi à 14 h 30, mais l'imposante caravane de 40 semi-remorques est arrivée dès lundi. Il fallait bien ça explique Francesco Bouglione, le directeur :

Il nous faut un jour et demi pour être prêt parce qu'on a vraiment voulu emmener le confort, l'atmosphère et l'ambiance du cirque d'hiver, à Paris, où on s'était un peu sédentarisé. Donc ça demande énormément de logistique.

Le chapiteau en préparation - Radio France
Le chapiteau en préparation © Radio France - Ruddy Guilmin

Vous ne direz plus jamais "quel cirque" !

Depuis lundi, une équipe internationale de 150 personnes (Français, Américains, Italiens, Russes...) était donc à pied d'oeuvre pour décharger les 500 tonnes de matériel et installer en premier lieu le chapiteau de 15 mètres de haut, 42 m de large et 1 800 places. C'est le cœur du cirque, planté dans le bitume, autour duquel s'organise systématiquement tout le reste. Quelque que soit la ville explique Thierry Bouglione, le directeur technique :

On donne des places à certains semi-remorques qui vont toujours se garer au même endroit. Une fois le chapiteau tracé, la plupart des chauffeurs savent où ils doivent stationner. Y a rien de plus faux que l'expression "quel cirque !" parce qu'on ne peut pas déplacer autant de monde et de matériel sans que ça soit organisé au millimètre !

Thierry Bouglione, le directeur technique, coordonne l'installation - Radio France
Thierry Bouglione, le directeur technique, coordonne l'installation © Radio France - Ruddy Guilmin

Les appartements des cadres et la cantine sont installés à proximité du chapiteau, sur le côté.  Derrière, on trouve les loges et les animaux (fauves et cavalerie). Question pratique explique Thierry : "Pour les fauves par exemple, faut pas qu'on ait besoin de tirer des tunnels de 500 mètres de long, donc ils sont toujours situés à proximité de l'entrée des artistes." Et même si le cirque Bouglione est ravi de pouvoir se produire en centre-ville, la place manque un peu : les artistes, eux, logent donc de l'autre côté du vieux Mans, au pied de la muraille.

Les amoureux de la piste aux étoiles à l'affût

Au milieu de cet impressionnant ballet d'hommes, de machines et de camions, déambulent aussi des amoureux du cirque. Ils sont venus observer la mise en place et se plonger dans cet univers qui les fait tant rêver. Parmi eux, Roger 74 ans, est tombé dedans à l'âge de neuf ans avec son grand père :

Ensuite, quand Pinder venait au Mans avec son avion et sa sirène, je planquais mon cartable dans les buissons de l'église du Pré pour faire croire à mes parents que j'allais à l'école et je venais ici voir le cirque. Depuis, ça n'a pas changé. Sauf que comme je suis retraité, je ne planque plus rien !

Roger, 74 ans, et Alain, 68 ans, observent l'installation du cirque. - Radio France
Roger, 74 ans, et Alain, 68 ans, observent l'installation du cirque. © Radio France - Ruddy Guilmin

Depuis, Roger ne loupe (presque) jamais l'arrivée d'une troupe au Mans.