Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Dans les Landes, la baisse du prix du permis national n'est pas une priorité pour les chasseurs

mardi 28 août 2018 à 19:11 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

C'est la mesure phare de la future réforme de la chasse qui en préparation. Ce lundi, Emmanuel Macron a donné son feu vert pour diviser par deux le prix du permis de chasse national. Une mesure qui laisse un peu de marbre les chasseurs des Landes, qui ne se sentent pas concernés.

Dans les Landes, la majorité des 21.500 chasseurs restent dans le département pour chasser
Dans les Landes, la majorité des 21.500 chasseurs restent dans le département pour chasser © Maxppp - Alexandre MARCHI

Landes, France

Le prix du permis de chasse sera bien divisé par deux. Emmanuel Macron a donné son feu vert ce lundi soir, lors d'une réunion à l'Elysée : 200 euros au lieu de 400 euros jusqu'à maintenant. Cette baisse concerne uniquement le permis national qui permet de chasser dans la France entière. Peu de chasseurs sont aujourd'hui concernés, ils sont environ 100.000 à avoir payé ce permis de chasse national en France

Environ 10% des 1.2 millions de chasseurs Français possèdent un permis national de chasse. C'est peu et le ratio est encore plus petit dans les Landes. Sur les 21.500 chasseurs, entre 300 et 400 permis nationaux sont délivrés seulement chaque année dans le département. Ils sont un peu plus à prendre un permis bi-départemental, qui permet de chasser dans deux départements. La très grande majorité reste donc dans le département, et le prix du permis départemental lui ne bouge pas : 172 euros (assurances comprises) auxquelles il faut rajouter la cotisation, entre 15 et 80 euros, dans une ou plusieurs ACCA (Association Communale de Chasse Agréée) qui gère un territoire de chasse.

Une mesure pour les riches ?  

Des chasseurs ne se sentent pas concernés par la baisse du prix du permis national de chasse. "C'est réservé à une élite", selon Max Gaillardet, président de l'ACCA de Tartas et chasseur depuis plus de 40 ans, "ça nous apporte pas grand chose, beaucoup de chasseurs Landais chassent dans les Landes... Quelques fois dans les départements limitrophes, _mais je ne connais personne qui prend le permis national_"

Même en rajoutant quelques dizaines d'euros en plus,"ils ne bougeront pas de chez eux. Il faut être invité, à l'autre bout de la France pour utiliser ce type de permis. je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de personnes intéressées", rajoute Max Gaillardet avant de conclure : "C'est pour qu'on dise au niveau du gouvernement qu'on pense aux chasseurs, mais il y a d'autres priorités comme les chasses traditionnelles, par exemple."

A la Fédération de Chasse des Landes, on est plus mesuré. On rappelle le fond de la réforme, qui est d'attirer ou de faire revenir des chasseurs. Dans les Landes, après l'hémorragie post Tempête Klaus, en 2009, les effectifs avaient chuté de 5%. Aujourd'hui, la baisse est contenue autour d'1 à 1.5% chaque année

Un permis national à 200 euros regonflera t-il les troupes ? Il va, c'est sûr, intéresser ceux qui le prenaient déjà et ceux qui chassent dans deux départements. Dans les Landes et le Gers, par exemple, il y aura 95 euros d'économies. C'est d'ailleurs dans cette logique, que le permis bi-départemental devrait disparaître.