Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Dans un mois, la Corrèze reçoit les ISDE, la plus prestigieuse compétition moto du monde

mercredi 26 juillet 2017 à 18:57 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Les ISDE, les Six jours internationaux d'enduro, ont valeur de Jeux Olympiques de la discipline. A un mois de cet événement planétaire en Corrèze, avec Brive pour quartier général, les organisateurs travaillent sans relâche pour que tout soit prêt à temps.

L'aménagement de l'ancien aérodrome de Brive-Laroche est en cours pour accueillir les quelques 800 pilotes, leur matériel et construire le circuit final de la compétition d'enduro
L'aménagement de l'ancien aérodrome de Brive-Laroche est en cours pour accueillir les quelques 800 pilotes, leur matériel et construire le circuit final de la compétition d'enduro © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Plus de 30 pays représentés, près de 800 pilotes au départ, environ 100.000 personnes présentes pour assister à la manifestation : c'est une compétition hors norme que Brive et la Corrèze s'apprêtent à recevoir. La France accueille ces prestigieux ISDE (international six days of enduro), programmés du 28 août au 2 septembre, pour la troisième fois de son histoire... dont deux éditions en Corrèze après celle de 2001.

Brive-Laroche, QG de cet événement gigantesque

A un mois de cette 92e édition, le comité d'organisation, et ses dizaines de bénévoles qui donnent de leur temps partout sur le territoire, sont à pied d'oeuvre pour que ces six jours internationaux d'enduro soient une réussite. Quatre tracés, dans les secteurs d'Argentat, Tulle, Uzerche et Brive, feront emprunter quelques 1.300 kilomètres de chemins aux participants. Depuis des semaines, les bénévoles (l'organisation cherche encore des bras) ouvrent des chemins, construisent des ponts et taillent des arbres dans tous les coins du département. Depuis quelques jours, c'est sur l'ancien aérodrome de Brive-Laroche que les bras s'activent : ce sera le QG de l'événement où se trouvera notamment le paddock. Des centaines de mètres cubes de terre sont en train d'être déplacées, elles serviront notamment à fabriquer des tables et des bosses pour le cross final, la dernière épreuve de la compétition. 6.000 tonnes de roche doivent être réparties pour accueillir le barnum, et tous les réseaux (eau, électricité, internet) seront déployés sur place.

Le paddock se trouvera sur l'ancien aérodrome de Brive-Laroche où 6.000 tonnes de cailloux vont être déversées - Radio France
Le paddock se trouvera sur l'ancien aérodrome de Brive-Laroche où 6.000 tonnes de cailloux vont être déversées © Radio France - Nicolas Blanzat

Environ 8 millions d'euros de retombées économiques

L'impact économique de ce rendez-vous est majeur. "Il est estimé à environ 8 millions d'euros pour le territoire" selon le patron du comité d'organisation. "En gros, c'est comme une étape du Tour de France. Mais, au lieu de rester un jour, elle reste une douzaine de jours, donc les retombées sont environ dix fois supérieures à une étape du Tour", poursuit Jean-François Buisson. "La seule chose que le Tour a en plus, c'est le tapage médiatique beaucoup plus important dans tous les pays qu'aucune autre manifestation ne peut avoir." La présence prolongée des participants (le gratin mondial de l'enduro dont "la majorité vient pour seize ou dix-sept jours"), de leurs équipes et de leurs accompagnants, associée à une présence massive des spectateurs "pendant dix ou douze jours pour certains", expliquent ces retombées conséquentes. Les hôtels, campings et autres gîtes font le plein dans tous les environs en Corrèze, Dordogne, Lot et Haute-Vienne. "En 2001, des gens allaient dormir jusqu'à Limoges", se souvient Jean-François Buisson qui était déjà à la tête du comité d'organisation il y a seize ans.

Près de 2,5 kilomètres de barrière sont en train d'être installées à Brive-Laroche - Radio France
Près de 2,5 kilomètres de barrière sont en train d'être installées à Brive-Laroche © Radio France - Nicolas Blanzat