Culture – Loisirs DOSSIER : Feria de Dax 2017

Dax, la feria : de mâles en pis !

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne dimanche 13 août 2017 à 22:20

Juan Bautista, la lumière dans la nuit taurine dacquoise
Juan Bautista, la lumière dans la nuit taurine dacquoise © AFP

Ce dimanche, double ration, deux rendez-vous. Le matin corrida décevante des toros de Montalvo, le soir élevage d’Adolfo Martin pour une catastrophe industrielle.

Les toros de Montalvo, très correct en allures, pour Curro Diaz, et les français Sébastien Castella et Juan Bautista, une oreille pour Juan Bautista mais un lot de toros en-dessous des attentes, décevant. Le soir élevage d’Adolfo Martin, course très bien présentée impeccable en carsosserie pour Manuel Escribano, Paco Ureña et David Martin Escudero, mais une catastrophe dans le comportement des six exemplaires.

Dax : écoutez la corrida du dimanche 13 août (18h) en intégralité

De mâles en pis !

Une journée qui a commencé en eau de boudin et s’est terminée en catastrophe. La faute aux toros une fois encore. Corrida bien décevante le matin des Montalvo, aphasiques, amorphes, sans grand jus, absents aux piques, du bétail court, en charges réduites. Curro Diaz torée le premier de trop près et le quatrième est nul. Castella touche un bien mauvais lot et n’est pas dans un grand jour. Seul Juan Bautista envoie du lourd : variations mexicaines majeures à la cape, "toreo largo", une première faena variée devant un Montalvo qui manque de transmission. mais s'il tue bien, il coupe !... "Recibir" osé, estoc mal placée. Pschiiiiiitttt !

Variations mexicaines - AFP
Variations mexicaines © AFP

Le cinquième est, là, oui, un excellent toro. L’arlésien le voit tout de suite. Gros récital à la cape encore comme du côté d'Aguascalientes et Cancun, puis Juan Bautista banderille en hommage au cénacle, un "quiebro" époustouflant d’engagement au fil de la barrière. Et puis surtout il y a faena, engagée, belle, intelligente, allurée dans l’azur immaculé, avec la douceur qui sied et l’implication qui fait la différence. Juan Bautista veut encore tuer "al recibir", en endurant immobile la charge du Montalvo. Raté. Il coupe une oreille. Avec plus de chance à l’épée il pouvait en couper trois.

Arte del capoteo - AFP
Arte del capoteo © AFP

Le soir. Fatal. Qu’Escribano, Ureña et Martin Escudero oublient vite la faillite absolue, inconvenante des toros d’Adolfo Martin. Les trois ont essayé de donner du sens à une course qui n’en a jamais eu. Quel marasme mes aïeux !

Ce lundi matin à 11h30 finale des novilladas sans picador avec notamment Dorian Canton de l’école taurine Adour Aficion. 18h, très attendue corrida de Pedraza de Yeltes, un élevage trois saisons consécutivement triomphateur à Dax pour Rafaelillo, Daniel Luque et Romàn Collado.

"Callejon spécial feria" tous les jours à midi. Mercredi "Callejon spécial feria conclusion", midi- 13h.