Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

De Levroux à l'atelier de Rodin, la vie du sculpteur Ernest Nivet détaillée dans une biographie

mardi 8 mai 2018 à 18:44 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

C'est un sculpteur dont tout bon Berrichon connaît au moins une œuvre : Ernest Nivet, le créateur des monuments aux morts de Buzançais, Levroux, Eguzon ou encore Châteauroux. Une biographie lui étant consacrée sort ces jours-ci.

Lucien et Francesca Lacour, co-auteurs de cette biographie d'Ernest Nivet
Lucien et Francesca Lacour, co-auteurs de cette biographie d'Ernest Nivet © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

Cette année, c'est le 70e anniversaire de la disparition du sculpteur berrichon Ernest Nivet. Sa petite-fille, Francesca Lacour, s'était fixé cette date comme limite pour la parution de la biographie à laquelle elle travaille avec son mari depuis une vingtaine d'années. A partir d'articles de presse de l'époque et de ses archives familiales, elle a retracé la vie de l'artiste. Né en 1871 à Levroux dans une famille modeste (le père est journalier agricole, le couple a cinq enfants), Ernest Nivet développe rapidement un talent particulier pour la sculpture. A 19 ans, il monte à Paris. Il étudie brièvement aux Beaux-Arts avant d'intégrer l'atelier d'Auguste Rodin en tant que praticien (il était en quelque sorte chargé du gros-œuvre, le maître s'occupait des finitions). L'expérience ne dure pas, au bout de quatre ans, Nivet rejoint son Berry natal. 

Une brève expérience parisienne

Pourquoi avoir quitté la capitale si rapidement ? Selon Francesca Lacour, la décision n'a pas été simple à prendre : « il travaillait avec Camille Claudel, c’était un environnement stimulant. Mais il était ulcéré de ne pas avoir de temps pour lui-même. Il écrit dans une lettre qu’il travaille de 8h du matin à 20h sans pouvoir faire de sculpture pour lui. A plusieurs reprises il demande à Rodin sa journée. Il n’obtient rien ». Ce départ sera déterminant pour la suite de sa carrière : « elle n’a pas eu l’envergure qu’elle aurait pu avoir » estime Lucien Lacour, « tous les artistes de l’époque avaient un atelier et un logement à Paris ». 

Une demi-douzaine de monuments aux morts dans l'Indre

A son retour en Berry, Ernest Nivet connaît une période difficile. La reconnaissance arrive tout de même en 1923 avec la médaille d'or du salon des artistes français, puis en 1937 le Grand Prix international de la sculpture. Le natif de Levroux s'illustre notamment dans la réalisation de monuments aux morts : on lui doit ceux de Buzançais, Issoudun, Levroux, Eguzon, La Châtre et Châteauroux, place Lafayette et devant la préfecture. Ce dernier, intitulé Les Pleureuses, fait partie des préférées de Lucien Lacour : « tant de monuments aux morts exaltent la victoire et glorifient les combattants et leur sacrifice. Celui-ci montre le deuil des familles, c’est-à-dire quelque chose que tout le monde peut ressentir encore aujourd’hui ». D'un point de vue esthétique, ce monument témoigne d'un changement de style de son créateur : « jusque-là, Ernest Nivet a plutôt été un sculpteur réaliste mettant en avant le petit détail, très soucieux d’anatomie. Là il y a une simplification des formes ». 

Ernest Nivet avait fait le choix de montrer le deuil des familles (ici le monument aux morts départemental devant la préfecture de l'Indre) - Radio France
Ernest Nivet avait fait le choix de montrer le deuil des familles (ici le monument aux morts départemental devant la préfecture de l'Indre) © Radio France - Sarah Tuchscherer

Une exposition fin juin au musée Bertrand

Jusqu'à sa mort en 1948, Ernest Nivet a travaillé sans relâche dans son atelier castelroussin, réalisant une quarantaine de bustes et de nombreuses sculptures montrant la vie paysanne en Berry. Cette partie-là de son œuvre fera l'objet d'une nouvelle exposition cet été au musée Bertrand de Châteauroux. La biographie de Francesca et Lucien Lacour, intitulée Ernest Nivet, Vie et destinée d'un praticien de Rodin, est publiée aux éditions Lucien Souny. Elle sera disponible en librairie dans quelques jours.