Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Festival d'Avignon

Début des journées marathon de répétitions dans les théâtres du festival Off d'Avignon

mardi 3 juillet 2018 à 17:10 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Les répétitions s'enchaînent à un rythme effréné à quelques heures du début du festival Off d'Avignon. Et cela se fait en conditions réelles.

Théâtre des Halles à Avignon
Théâtre des Halles à Avignon © Radio France - Aurélie Lagain

Avignon, France

De la rue, on ne voit pas grand'chose, mais c'est l'effervescence derrière les portes fermées des théâtres du Festival Off d'Avignon. Les premiers spectacles, c'est le 6 juillet (vendredi), et en attendant, place aux répétitions des 1.538 spectacles dans 133 lieux. Au théâtre des Halles, la lourde porte de bois est rabattue, et celui qui tente de la pousser se fait raccompagner poliment par Aurélie Clément, à la billetterie. Il faut installer le comptoir, les machines, et pas question de déroger, même face à des spectateurs impatients : "Ils ont hâte, ils veulent récupérer leurs places, en main propre..." Mais ce n'est pas le moment, là, il faut encore tout finaliser.

Alexandra Timár, directrice adjointe du théâtre, navigue entre un plein de courses et l'accueil des compagnies, et justement "c'est la course, mais pas de stress, c'est plutôt bien organisé. Il y a beaucoup, beaucoup de travail..."

Le ventre noué, à quelques mètres, Bastien Mayot , ancien stagiaire qui vient d'être recruté. Il a fait toute la saison, donc en théorie il sait tout faire au théâtre. Mais c'est son premier festival off : "C'est impressionnant, cette masse de spectacles, c'est ça qui met la pression !"

Bastien a encore eu le temps de changer les poignées des salles de spectacles, mais dès ce mercredi c'est fini : Place à la colonelle, avant la générale jeudi, ultimes répétitions en public, et où les compagnies doivent suivre le ballet millimétré des changements de décors et de lumières. "On a deux jours entiers de simulation de festival, où tout le monde joue dans ses créneaux, prend ses plateaux à l'heure, les rend à l'heure...", rappelle Richard Rozenbaum, le régisseur. "On teste tous les changements de plateaux, pour être sûr que personne ne se marche dessus, que toutes les machineries fonctionnent..."

Mais avec des imprévus ! Même si depuis trois mois, le régisseur connaît le matériel des compagnies qui reprennent leur spectacle, le problème vient des créations, les spectacles qui sont joués pour la première fois cet été : "Il y a des choses qu'on voit arriver à la dernière minute. On n'était pas au courant qu'il y avait un canapé, de l'eau, une échelle... Donc on improvise sur une base très préparée."

La compagnie Nasser Djemaï sait qu'elle a 30 minutes pour les changements de plateaux, mais pour le moment "ça passe en 12 minutes, c'est large... Mais je crois qu'on a le plus gros décor!".

Le Festival off d'Avignon, c'est aussi la taille réduite des scènes, loin de ce à quoi à la compagnie est habituée. "On a fait des scènes de 700 places avec des plateaux de 15 mètres...", expliquent Zakariya Gourma et Issam Rachyq-Ahrad.  "Du coup on a été obligé de réadapter, avec les projecteurs des autres compagnies."