Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Décès de René Viale, le Monsieur Cinéma de Bastia

mardi 3 avril 2018 à 17:25 Par Marion Galland, France Bleu RCFM

C'est une figure du cinéma insulaire qui s'est éteinte dans la nuit de lundi à mardi.

René Viale
René Viale - @MairieFuriani

Bastia, France

Même s'il avait passé le flambeau à sa fille depuis quelques années, de Bastia à Furiani, René Viale restera LE monsieur cinéma. Passionné de cinéma, précurseur du cinéma d'art et d'essai dans l'île, il avait crée le Studio à Bastia et le 7 ème art à Furiani. Il était également à l'origine du plus grand festival de cinéma de Bastia, celui du film italien, dont la trentième édition a été célébrée en février dernier. 

"On peut dire honnêtement que sans lui beaucoup de choses qui se font aujourd'hui autour du cinéma en Corse ne se feraient pas" disaient au mois de février dernier sur notre antenne Dominique F. Dionisi, qui lui a consacré un ouvrage  intitulé "René Viale, une vie pour cinéma". 

Dominique F. Dionisi, "Le monsieur cinéma de la Corse"

Lydia Morfino Murati s’occupait des relations avec l’Italie dans le cadre du festival italien et était proche de René Viale.

« Le fait de savoir qu’il n’est plus là, je me sens un peu orpheline. Il m’a appris, pas simplement à aimer le cinéma italien, mais aussi à pouvoir le promouvoir, le défendre et le soutenir. J’ai encore du mal à réaliser qu’il n’est plus là. On a partagé tellement de choses ensemble, en Italie, dans les festivals. C’était aussi un bon vivant, on a vécu des moment de fête. » 

Lydia Morfino Murati, " je me sens un peu orpheline"

Le cinéma insulaire perd donc un des ses plus fervents défenseurs, depuis ce matin les messages lui rendant hommage affluent sur les réseaux sociaux.