Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : des gérants de discothèques lilloises s’estiment « les oubliés » du gouvernement

-
Par , France Bleu Nord

Des dirigeants de bars de nuit de Lille ont lancé une pétition intitulée « les oubliés de la nuit » pour obliger le gouvernement à s’intéresser à leur sort. Ces établissements ne pourront probablement pas rouvrir avant 2021.

Le Network à Lille emploie 42 salariés à l'année
Le Network à Lille emploie 42 salariés à l'année - Le Network

Le Premier ministre Edouard Philippe présente ce jeudi la phase 2 du déconfinement avec peut-être de nouveaux assouplissements. Mais ce que l’on sait déjà, c’est ce qu’on n’aura pas le droit de faire : danser en discothèques ! La réouverture des clubs et boites de nuit est très loin d’être envisagée : l’Italie et l’Allemagne – en avance sur nous – parlent de l’automne 2021.

370 000 euros de pertes en 50 jours

« A chaque intervention, le Premier ministre parle des cafés, restaurants, hôtels » constate Sébastien Vermeulen, dirigeant du By S’ à La Madeleine, près de Lille. « Mais jamais ni des bars de nuit, ni des restaurants de nuit, ni des discothèques ». D’où cette pétition lancé par plusieurs établissements lillois intitulée « les oubliés de la nuit » et qui dépasse les 10 000 signatures. S’ils ne contestent pas la fermeture des clubs, les signataires demandent un accompagnement. 

Car ces établissements sont de vraies entreprises. Sébastien Vermeulen emploie une dizaine de salariés à l’année mais aussi « trois DJ par semaine, des danseurs, danseuses, musiciens ». Quant au Network, le célèbre club lillois, ce sont 42 salariés qui y travaillent, 92 si l’on compte l’ensemble des établissements du groupe. « Nous avons le chômage partiel biensûr, mais jusqu’à quand ? » s’interroge le Nordiste, qui regrette que les banques refusent de prêter sans perspective de réouverture. « Au network, il y a eu 370 000 euros de pertes sèches en un mois et demi ! ».

Une image dégradée

Selon les initiateurs de la pétition, la profession souffre d’un manque de reconnaissance. « Ce n’est pas parce que les gens s’amusent chez nous qu’on n’a pas un vrai métier » insiste Sébastien Vermeulen. « Quand Bob Sinclar ou David Guetta viennent chez nous, on fait rayonner la culture française ». Et le Nordiste lance un appel à la vigilance : avec la fermeture des établissements, les clubs clandestins vont se multiplier avec le risque qu’il n’y ait plus aucune régulation de l’alcool et des stupéfiants.

Alors pour soutenir la cause des « oubliés de la nuit », le By S’ et le Network organisent ce dimanche 31 mai un streaming live pendant 14h « Barbecue et musique » avec le célèbre DJ Abdel qui mixera de 12h à 2h du matin.
 

14h de mix en streaming sont prévues dimanche 31 mai
14h de mix en streaming sont prévues dimanche 31 mai - Sebastien Vermeulen
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu