Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée spéciale "Tous en terrasse", le 19 mai

Déconfinement : le patron lot-et-garonnais des cinémas CGR "plein d'espoir et d'enthousiasme"

-
Par , France Bleu Occitanie

Malgré les jauges réduites et le couvre-feu, le patron des cinémas CGR Jocelyn Bouyssy se fait une joie de rouvrir après 200 jours de fermeture.

Le cinéma CGR à Blagnac, près de Toulouse (Haute-Garonne).
Le cinéma CGR à Blagnac, près de Toulouse (Haute-Garonne). © Radio France - Marius Delaunay

Dans quelques heures il sera à nouveau possible de voir des films sur grand écran. En France, les 2.000 salles de cinémas vont rouvrir ce mercredi. Jocelyn Bouyssy, le directeur général des cinémas CGR, l'un des principaux exploitants en France, est l'invité de France Bleu Occitanie.

Sur une échelle de un à dix, quelle est votre impatience de rouvrir demain ?  

Onze ! Ça fait tellement longtemps ! Ça fait 300 jours de fermeture sur 14 mois, alors on est plein d'espoir et surtout plein de voix et d’enthousiasme pour redémarrer.

Comment ça va se passer avec quelle jauge vous allez pouvoir ouvrir vos salles mercredi ?

Alors, on démarre progressivement en trois étapes. La première étape débute ce mercredi avec une jauge à 35% ce qui représente environ 1 siège sur 3. En raison du couvre-feu, qui sera décalé à 21 heures, nous allons proposer un peu plus de séances le matin pour compenser. Ce fonctionnement va durer trois semaines, jusqu'au 9 juin. 

Ensuite, nous passerons à 65% de jauge avec un couvre-feu à 23 heures. Et on espère un retour pratiquement à la vie normale encore trois semaines plus tard. C'est à dire que l'on va encore courber l'échine pendant 6 semaines avant de revenir, on l'espère, à une jauge à 100%, sans couvre-feu et sans port du masque.

Dans un premier temps, vous allez devoir vous passer de toutes les séances après 19h. Est-ce que c'est rentable d'ouvrir dans ces conditions ? 

Pas du tout. On va certainement continuer à perdre de l'argent, mais vous savez, 300 jours de fermeture sur 14 mois nous ont fait perdre déjà beaucoup d'argent. Je préfère rouvrir dans des conditions difficiles pour réhabituer les gens au cinéma qui est quand même le loisir préféré des Français et leur dire "ça y est on est là". On va certainement perdre de l'argent jusqu'au 30 juin. Mais ce n'est pas bien grave par rapport à tout ce qu'on a perdu ici. 

Est ce que vous envisagez de mettre en place des séances plus tôt pour pallier la suppression de celles du soir ?

Évidemment. Il y a certains de nos cinémas qui feront des séances dès 9 heures du matin. On est en train d'organiser tout ça de manière à compenser. On va essayer de satisfaire le spectateur du mieux qu'on peut. 

Il y a un film, par exemple, qui s'appelle Demond Slayer, c'est un manga qui qui bat tous les records aux États-Unis et au Japon et que nous allons diffuser pour faire revenir les ados au cinéma. On est déjà à plus de 30.000 préventes ce qui est exceptionnel. On est très content de ça et on est pleine d'espoir pour mercredi.

Est-ce qu'on pourra manger des popcorns demain au cinéma ?

Alors les comptoirs seront ouverts, mais essentiellement pour de la vente à emporter. On met des terrasses devant tous nos cinémas, car il est interdit de manger à l'intérieur. 

Après tous ces mois de fermeture, il reste quoi dans vos caisses ? 

Rien. Mais heureusement, on est un groupe sain. Et pour tout vous dire, j'ai mangé toute la trésorerie que j'avais. Alors heureusement, on est quand même un beau pays même si les aides compensent à peine 10% des pertes cumulées pendant plus d'un an. Mais au moins, on a eu quand même du chômage partiel. On a eu des aides sectorielles. J'ai tendance à être toujours positif et optimiste. On a perdu de l'argent, mais on va se relever. On va tout faire pour reconstruire.

L'embouteillage des films. Est-ce que ça sera le cas ou pas ?

J'ai un avis contraire à ça. Il y a beaucoup de films depuis des décennies, tout le temps. Il y aura peut-être en fin d'année, beaucoup de blockbusters qui vont s'accumuler, les James Bond ou les Top Gun. Mais vous savez, quand on l'a vu l'été dernier les Disney partir sur des plateformes,  on est contents aujourd'hui d'avoir peut-être un apport de films trop important, mais qui ne sont pas partis sur d'autres plateformes style Netflix ou Amazon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess