Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs
Dossier : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Décret son : les Eurockéennes de Belfort relayent la pétition

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les professionnels du spectacle vivant demandent la révision d'un décret du gouvernement qui met en danger l'avenir des salles de concerts et des festivals plein. Une pétition relayée par les Eurockéennes de Belfort a été lancée.

Proches de la scène veut dire aussi proches des enceintes pour certains festivaliers.
Proches de la scène veut dire aussi proches des enceintes pour certains festivaliers. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Le "décret son" s'applique depuis octobre dernier. Il impose de nouvelles normes sonores aux organisateurs de spectacles vivant comme l'abaissement du niveau sonore de trois décibels. Ce que la plupart des professionnels ont réussi à faire comme aux Eurockéennes de Belfort notamment. Il s'applique dans les lieux clos (salles de concert et discothèques) mais aussi dans les festivals en plein air.

Les basses fréquences, casse tête des professionnels

Ce texte de loi a été initié par trois ministères : santé, culture et environnement pour "protéger l'audition du public" et "la santé des riverains". En plus de l'abaissement des décibels, il impose aussi la maîtrise des basses fréquences. Les professionnels s'arrachent les cheveux. Les basses fréquences sont des ondes longues en mouvement perpétuel, qui n'ont jamais le même impact suivant le groupe de musique sur scène. Impossible donc de les mesurer et de les maîtriser comme le réclame le décret. A titre de comparaison, cela n'a rien à voir avec le bruit continu d'une éolienne.  " Ce sont des ondes qui sont très mouvantes. Vous avez un niveau à tel endroit d'une salle et un mètre plus loin, vous avez un niveau différent. Et comme on nous demande que ce soit à tout endroit accessible au public que ce soit le même niveau, c'est impossible. La pluie, le froid, la chaleur peuvent avoir un impact et donc on ne peut pas assurer qu'on aura tel ou tel niveau sonore et aujourd'hui c'est ce qu'on nous demande" explique Angélique Duchemin, coordinatrice d’Agi-Son, association fédérant la majorité des professionnels du spectacle vivant musical. L'autre difficulté, c'est que le matériel de mesure pour répondre aux exigences du décret n’existe pas. Les agents ministériels chargés de contrôler le respect des normes doivent faire preuve d'indulgence.

Halte à la censure !

A travers la pétition, les professionnels veulent aussi défendre la liberté d'expression. Si on applique ces mesures en l’état, plus aucun festival ne pourrait avoir lieu. Et certaines salles auraient du mal à se mettre aux normes. Le risque, c'est évidemment la censure de certains genres musicaux. " Des esthétiques comme le reggae, l'électro voire le hip hop qui utilisent beaucoup de basses risquent de passer à la trappe et d'être interdit de festival. C'est tout cela qui nous effrayent comme l'ensemble de la profession" craint Jean-Paul Roland, directeur des Eurockéennes et président d'une fédération internationale de festivals.

Amendes et confiscation de matériel

Les sanctions prévues en cas de non respect des règles sont élevées : une contravention de 1 500 euros (3 000 en cas de récidive) et la confiscation du matériel de sonorisation. La pétition des organisateurs de spectacles vivants et concert (baptisé "ok pour un décret son qui ne met pas la scène KO") a dépassé les 2 200 signatures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu