Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Démission à l'Académie des César : "c'était un besoin" pour le directeur du Régency à Saint-Pol

-
Par , France Bleu Nord

"C'est un petit séisme, mais un soulagement d'avoir été entendu" : réaction de Laurent Coët, directeur du cinéma le Régency, à Saint Pol sur Ternoise, à la démission de la direction du conseil d'administration de l'Académie des César. Depuis 2009, il vote pour les films en compétition.

Jeudi 13 février, le conseil d'administration de l'association qui régit l'Académie des César a démissionné en bloc. Photo d'illustration.
Jeudi 13 février, le conseil d'administration de l'association qui régit l'Académie des César a démissionné en bloc. Photo d'illustration. © Maxppp - Thomas Padilla

La cérémonie des César aura bien lieu, le 28 février, mais le petit monde du cinéma est secoué par la polémique. Jeudi 13 février, le conseil d'administration de l'Association pour la promotion du cinéma (APC), qui chapeaute l'Académie des César et organise la cérémonie, a démissionné en bloc, en réaction à une tribune parue lundi dans le journal le Monde. 400 personnalités du monde du cinéma ont dénoncé l'opacité de l'Académie, son manque de diversité, et réclament une réforme en profondeur.

Tribune qu'a signée Laurent Coët, directeur du cinéma le Régency, à Saint-Pol-sur-Ternoise. Depuis 2009 il est membre de l'Académie des César, à ce titre il vote pour les films en compétition. "C'est une forme de soulagement, d'écoute", estime Laurent Coët, "on a une demande de transparence, de diversité, de parité". Celui qui dirige une salle indépendante poursuit  : "c'est tout le paradoxe, on a la chance d'avoir en France une diversité de production. On a besoin que la structure qui organise les César représente la diversité du cinéma également".

Un petit séisme

Laurent Coët espère donc que ce coup de théâtre aura des conséquences positives sur les César : "au-delà des polémiques, on va se mettre au goût du jour, même si c'est à marche forcée. Il y avait ce besoin, et l'ambiance est surtout dans la dynamique de modernisation, ce n'est pas contester pour contester. C'est un petit séisme, mais il y a des choses beaucoup plus graves qui se passent sur la planète".

Laurent Coët n'a pas encore terminé de voter pour les César 2020, il doit valider ses choix sur internet. Mais il le fera d'ici au 28 février. Il a jusqu'au jour de la cérémonie, 16 heures.

ECOUTEZ : Laurent Coët, directeur du cinéma de Saint-Pol-sur-Ternoise, le Regency

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu