Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des australiens sur les traces de leur ancêtre soldat à Naours

mercredi 25 avril 2018 à 6:10 Par Adrien Toffolet, France Bleu Picardie

A Naours, la famille d'un soldat australien a profité de l'Anzac Day pour observer la trace laissé par leur ancêtre dans la Cité souterraine. Une première pour ce ce site archéologique qui abrite plus de 3200 graffitis laissés par les combattants de la 1ère Guerre Mondiale.

John et Matthew sont allés voir pour la 1ère fois la signature de leur aïeul
John et Matthew sont allés voir pour la 1ère fois la signature de leur aïeul © Radio France - Adrien Toffolet

Naours, France

Pour certaines familles de soldats australiens, l'Anzac Day a été l'occasion d'une véritable plongée dans le passé. Plongée même au cœur de la Cité souterraine de Naours, car dans ce site archéologique situé à quelques km des 1ères lignes de front, on trouve des graffitis laissés par les combattants de la 1ère Guerre Mondiale.

Retrouver la trace de la famille

Pour cela, il faut descendre de nombreuses marches, traverser des couloirs, et être bien équipé de lampes torches. Cette découverte, c'est Gilles Prilaux, archéologue à l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), qui en est l'auteur. C'est d'ailleurs lui qui fait office de guide pour cette journée spéciale : pour la 1ère fois, une famille est venue découvrir la trace de leur ancêtre, le soldat Charles Fitzhenry. 

Gilles Prilaux, archéologue à l'Inrap, présente les découvertes - Radio France
Gilles Prilaux, archéologue à l'Inrap, présente les découvertes © Radio France - Adrien Toffolet

Pour l'occasion, il est accompagné de Lucie, une lycéenne d'Amiens qui a participé au projet d'Education artistique et culturelle "Les soldats voyageurs". Avec quelques élèves, depuis 2015, elle enquête afin de trouver les descendants des nombreux soldats passés par ces lieux. C'est elle qui a enquêté pour retrouver la trace de la famille de Charles Fitzhenry. Aujourd'hui est donc un jour particulier pour elle.

C'est vraiment quelque chose d'important parce qu'on a pas arrêté de se creuser la tête pour trouver qui il était et d'où il venait.

"C'est l'achèvement de deux années de travail", ajoute la jeune fille. Grâce à Internet, elle a fini trouvé à Sidney les arrières petits neveux de Charles Fitzhenry, soldat du 9ème bataillon d'infanterie australien. 

Son nom écrit sur la roche

Blessé par un sniper le 10 août 1918, il meurt au Tréport 10 jours plus tard. Mais quelques années plus tôt, peu après son arrivée en France, il arrive dans la Somme. En juillet, comme nombreux de ses camarades soldats, il écrit son nom sur la roche.

"9ème bataillon. Australiens. C.Fitzhenry. Paddington, Sidney. Juillet 1916." - Radio France
"9ème bataillon. Australiens. C.Fitzhenry. Paddington, Sidney. Juillet 1916." © Radio France - Adrien Toffolet

C'est ce graffiti que sont venus voir Matthew et son père. Matthew : "c'est un vrai coup de chance de pouvoir remonter la trace de ce membre de la famille, tout ça grâce au travail de Lucie et moi-même, à travers toutes ces recherches... Et puis de venir ici se recueillir sur la tombe et devant le graffiti de notre ancêtre..."

Pour John, ces commémorations sont importantes. Et d'autant plus si des jeunes comme Lucie y participent. "Il est important que les jeunes voient ce qui s'est passé ici", raconte t-il, "les messages sur ces murs sont forts. On doit apprendre de l'histoire, et l'utiliser pour construire le futur."

Plus de 3200 noms de soldats sont répertoriés à ce jour comme étant passés par la Cité Souterraine. C'est autant de membres de leurs familles qui pourront un jour faire le voyage jusque Nouars, à la recherche d'une trace concrète du passage de leur ancêtre. Grâce à des aides du gouvernement australien et la participation de la région et de la mairie, le site, d'ici la fin de l'année, va pouvoir faire peau neuve pour accueillir tous ces nouveaux visiteurs.