Culture – Loisirs

Des chiens de traîneaux envahissent Mauzé-Thouarsais

Par Adrien Bossard, France Bleu Poitou et France Bleu dimanche 22 janvier 2017 à 7:00

Il peut y avoir des attelages à plusieurs chiens.
Il peut y avoir des attelages à plusieurs chiens. © Radio France - Adrien Bossard

C'est l'un des moyens de transports les plus répandus dans la toundra d'Alaska : le mushing, ou autrement dit la conduite de traîneaux attelés par des chiens. En France, certains le pratiquent. Ces passionnés se donnent rendez-vous tout ce week-end en Deux-Sèvres, avec leurs huskys.

Des aboiements sans discontinuer. Une centaine de huskys s'époumonent et piaffent d'impatience, bien attachés à leur piquets autour de l'étang de Mauzé-Thouarsais. C'est la première fois que, dans cette commune des Deux-Sèvres, des mushers se donnent rendez-vous pour un week-end entre passionnés. Ils sont une trentaine, de toute la France, à avoir fait le déplacement.

Laure et Stéphane, eux, sont les locaux de l'étape. Le couple est licencié au club de mushing de Coulonges-sur-l'Autize. Et avec leurs fidèles lieutenants, Ice et Louna, deux huskys de 1 et 3 ans, pas question de rater cette sortie."Tous les week-ends, chaque hiver, on se balade, on sort les chiens, c'est notre dada quoi", sourit Laure. La trentenaire câline ses bêtes à poil, tandis que le mari, prépare l'attelage : une trottinette et un vélo. "C'est une trottinette un peu spéciale, on a la même sensation de glisse qu'avec un traîneau."

Les chiens sont surexcités avant le départ, lors de la pose des harnais. - Radio France
Les chiens sont surexcités avant le départ, lors de la pose des harnais. © Radio France - Adrien Bossard

"Un lien très spécial, comme un cordon ombilical entre nous et l'animal", Stéphane

A l'ordre du jour, juste une balade, entre amis et animaux, surexcités à l'idée de galoper 20 kilomètres dans le nature. "Quand on prend un husky, on se dit que c'est mignon, à 3 mois, avec ses petits yeux bleus et son beau pelage, et puis, on se rend compte qu'il faut que ça se dépense, explique Stéphane. Il faut que ça court et comme on n'a pas un grand jardin, on s'est mis au mushing." Et avec sa femme, ils y prennent goût. "Il y a un lien spécial, comme un cordon ombilical entre nous et l'animal, quand vous êtes attaché à votre traîneau. Il y a une osmose, c'est le plaisir."

Pour éviter quelques belles gamelles, le chien doit être bien préparé et entraîné. "Droite", "gauche", "allez", "stop", les huskys obéissent à leurs maîtres et filent à près de 30 km/h. De sacrés frissons, de l'adrénaline que ressentent aussi les spectateurs, curieux de ce mode de transport. "C'est impressionnant, et ça donne envie, avoue Marco. J'ai un Samoyède et je vois qu'il y a des clubs ici, je vais tenter sûrement, en tout cas, ça ma démange".

Le reportage d'Adrien Bossard