Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Bonnes Ondes

Des collégiens de Migennes élargissent leurs horizons

-
Par , France Bleu Auxerre
Aérodrome de Saint-Florentin - Chéu, Jaulges, France

Douze élèves de 3e du collège Jacques Prevert de Migennes préparent le Brevet d'Initiation Aéronautique à l'aérodrome de St-Florentin/Chéu. Une manière d'enrichir leur culture générale et peut-être même de faire naitre des vocations de pilotes.

Une dizaine de jeunes viennent à l'aérodrome de St Florentin toutes les semaines.
Une dizaine de jeunes viennent à l'aérodrome de St Florentin toutes les semaines. © Radio France - Delphine Martin

A l'aéroclub de St-Florentin, tous les mercredis après-midi, l'ambiance est studieuse. Dans la petite salle, juste à côté des pistes de l’aérodrome, une dizaine de jeunes du collège Prévert suivent les cours de Jocelyne Delot, bénévole des Ailes florentinoises. Une première approche théorique et très complète du monde de l'aviation : "Il y a 5 matières principales, l’aérodynamique, la connaissance des aéronefs, la météorologie, la navigation et l’histoire de l’aviation."

Les avions m’intéressent. C’est pour ça que je suis venu ici. J’ai toujours rêvé de piloter un avion et un hélico

- Dylan, 14 ans

Pour ces jeunes, tous volontaires, c'est une manière d'occuper leur mercredi après-midi et surtout d'enrichir leur culture générale. Corentin, 14 ans aime surtout les cours de météo "parce qu’après, on peut connaitre les nuages et expliquer ce qu’on a appris à nos parents " dit-il en souriant. L’adolescent va d’ailleurs aller encore plus loin : "avec mon copain Mattéo, je vais faire un stage à l’aérodrome de Branches, pour voir la tour de contrôle et les ateliers mécaniques". Corentin envisage même un métier dans ce domaine.

Dylan aussi, se pose la question d’un métier dans l’aviation. En tout cas, il aimerait savoir voler un jour : "Les avions ça m’intéresse. C’est pour ça que je suis venu ici. J’ai toujours rêvé de piloter un avion et un hélico. Ça me plait bien."

Le brevet d'initiation aéronautique, c'est une porte d'entrée dans le milieu

- Alain Delot, président des Ailes Florentinoises

Mais avant de prendre les commandes, cette préparation de 40 heures, qui a commencé en octobre, devrait leur permettre de décrocher le Brevet d'Initiation aéronautique. Un diplôme reconnu dans toute la filière. Alain Delot, le président des Ailes Florentinoises précise : "Le BIA est un diplôme d’état qui est valable dans toutes les disciplines aéronautiques, qu’on soit radio, mécanicien, pilote ou hôtesse de l’air. C’est une porte d’entrée dans le milieu aéronautique."

C'est la principale adjointe du collège Jacques Prévert, Renée Damesin, qui est à l'origine de ce projet. Pour découvrir un domaine souvent méconnu, éveiller leur curiosité et les pousser à se poser d'ors et déjà des questions sur leur orientation.

"C'est l'opportunité de découvrir le monde de l'aérien, qui en général est réputé comme étant quand même inaccessible. Et pourtant, c'est un milieu très porteur et riche en emplois qualifiés." explique-t-elle. "Ça leur permet d'acquérir un bon niveau de culture générale et d'avoir, plus tard, un CV différencié. Et s'ils le souhaitent, ça peut leur ouvrir des portes"

Pour nous, c'est une question de survie

- Alain Delot, le président des Ailes florentinoises

L’aéroclub des Ailes Florentinoises compte une trentaine de membres dont 15 pilotes et au-delà sur service rendu aux jeunes, ce passionné d’aviation le reconnait volontiers, cette opération est aussi une manière de penser à l’avenir du club. "C’est surtout une question de survie. Dans tous les clubs actuellement, si vous n’avez pas de jeunes, vous n’avez pas la continuité. La survie d’un club, c’est la jeunesse."

D’ailleurs Jocelyne Delot, la formatrice bénévole (et épouse du président du club) donne aussi des cours à un autre groupe de jeunes le samedi après-midi. Des jeunes qui viennent par leur propres moyens, et non avec leur collège. Tout cela participe d'un même souci de renouvellement de l'association.

Les 13 collégiens de Migennes passeront ce diplôme d’État au mois de mai. Avant cela, chacun d'entre eux aura droit à un baptême de l'air, au printemps, avec les pilotes des Ailes Florentinoises.

Les Bonnes Ondes - Les collégiens de Migennes élargissent leurs horizons - Reportage de Delphine Martin

- Creative Commons - Babsy
Choix de la station

À venir dansDanssecondess