Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Des festivals à 5 000 spectateurs assis : "Un couperet qui tombe" pour Rencontres et Racines à Audincourt

-
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le gouvernement n'autorisera que 5.000 spectateurs assis au maximum pour les festivals de l'été. Un coup de massue pour les organisateurs comme à Rencontres et Racines à Audincourt.

Le retour en masse des spectateurs, ce ne sera surement pas pour cette année à Audincourt après les dernières annonces de Roselyne Bachelot
Le retour en masse des spectateurs, ce ne sera surement pas pour cette année à Audincourt après les dernières annonces de Roselyne Bachelot © Maxppp - Lionel Vadam

Il n'y aura que 5.000 spectateurs assis maximum pour les festivals de l'été. C'est ce qu'a annoncé ce jeudi la ministre de la culture Roselyne Bachelot aux organisateurs au cours d'une visioconférence. Le coup est rude pour ces événements de l'été qui drainent des milliers de spectateurs chaque année : 127 000 festivaliers aux Eurockéennes de Belfort et 15 000 personnes à Rencontres et Racines d'Audincourt lors des dernières éditions en 2019. 

Une jauge à 5 000 spectateurs assis n'est pas tenable

Les organisateurs ont pris un coup sur la tête après avoir pris connaissance de ces annonces. Pour le programmateur du festival Rencontres et Racines d'Audincourt, cette jauge n'est pas tenable. " C'est compliqué car on ne peut pas trouver d'équilibre économique. Cela veut dire qu'on ne peut pas garder la même programmation ni la même envergure. Economiquement, on ne s'y retrouverait pas. Cela diviserait notre jauge par trois mais les cachets artistiques et les frais techniques, eux, ne se divisent pas par trois parce qu'on a moins de monde", explique Mathieu Sabarly. Le festival d'Audincourt vit à l'équilibre et n'a pas de trésorerie. Il ne peut pas se permettre de perdre des sommes considérables.

On va proposer quelque chose mais ce sera différent 

Cette jauge et la position assise du public limitent les possibilités. " Cela veut dire mettre des sièges, des gradins, des sens de circulation. Et ça éliminent aussi certaines pratiques musicales. On s'imagine mal faire un gros concert d'électro dans ces conditions", indique le responsable audincourtois qui attend encore des réponses. Savoir par exemple s'il pourra ou pas ouvrir le camping aux festivaliers. Mathieu Sabarly se dit quand même prêt à s'adapter. " On va proposer quelque chose mais ce sera différent. Ce qui a été annoncé ? C'est mieux que rien puisque ça va permettre à certains événements de se tenir mais c'est quand même un couperet qui tombe", conclut-il. Plusieurs options sont sur la table pour l'édition 2021 de Rencontres et Racines... sauf l'annulation, malgré les annonces "chocs" de la ministre de la culture ce jeudi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess