Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des jeunes testent la vie de député européen au Parlement de Strasbourg

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Vis ma vie d'eurodéputé : c'est le défi proposé à 536 jeunes Européens ce jeudi, opération pour les convaincre de l'importance de l'Union européenne. Ces jeunes venus de tous les pays européens ont passé la journée au Parlement en petits groupes mélangés pour débattre et voter des projets de loi.

De gauche à droite au micro : Alicia, Héloïse et Marlène, porte-paroles de leur classe du lycée Koeberlé de Sélestat
De gauche à droite au micro : Alicia, Héloïse et Marlène, porte-paroles de leur classe du lycée Koeberlé de Sélestat © Radio France - Anne Bechtel

Strasbourg, France

L'Europe vit des heures difficiles, elle est plus que jamais remise en cause, notamment en France par certains candidats à la présidentielle. La solution, c'est de convaincre la jeunesse de l'utilité de l'Europe. Pour ce faire, le Parlement européen de Strasbourg a mis en place un programme baptisé "Euroscola".

Des classes de lycéens des 27 pays membres (les Anglais aussi peuvent participer malgré le Brexit) sont sélectionnées via des questionnaires de culture générale préparés avec leurs professeurs. Ces classes viennent ensuite passer une journée au Parlement pour endosser le costume de député européen, débattre et voter des projets de loi.

Des élèves sceptiques puis passionnés

Dans l'hémicycle lors des sessions communes, ils ont l'air de députés plus vrais que nature : garçons, filles, ils ont tous sorti le blazer et la chemise. Au premier rang, sont assis les porte-paroles. Ce jeudi, ils étaient 536 élèves venus du Danemark, de Roumanie, du Portugal mais également du lycée Eugène Koeberlé de Sélestat (Bas-Rhin). Alicia, Héloïse et Marlène sont les porte-paroles de la classe qui prépare cette journée depuis la rentrée explique Alicia :

Me concernant, j'étais déterminée, j'ai énormément travaillé ma culture générale, parfois pendant près de quatre heures d'affilée, je voulais vraiment qu'on soit sélectionné et qu'on participe à cette journée.

C'est leur professeur Anne Bechtel qui a poussé ses élèves de terminale à se lancer dans cette aventure :

C'est clairement un projet que je leur ai imposé mais la classe a fini par s'en emparer avec passion, bien au-delà de mes espérances. En réalité, la plupart n'avait pas conscience de la fragilité de l'UE.

"Nos mentalités changent !"

Pourtant, au début, beaucoup étaient sceptiques. Aujourd'hui, ils se sentent tous européens. Généraliser le projet à toutes les écoles ? Pour Alicia, Héloïse et Marlène, c'est un oui unanime. Marlène est ultra-convaincue :

Après une journée à débattre, même si on ne parle pas la même langue, on se comprend. On se mélange, on découvre des nationalités étrangères, on a accès au cultures de nos voisins et forcément, nos mentalités changent : il faut continuer et développer les liens entre les peuples, via ce type d'actions.

Seul bémol : accueillir plus de 500 lycéens une journée au Parlement coûte cher, 200.000 euros environ, mais pour Luis Martinez Guillen, directeur du Bureau d'information et responsable du projet, c'est un investissement nécessaire :

Ces jeunes-là ne viennent pas pour un séjour d'agrément. Ils travaillent sur le projet depuis des mois, ils savent de quoi ils parlent. Et puis, un détail important : aucun ne vient habillé de façon négligée, ils viennent tous impeccablement habillés, comme le feraient de vrais députés !

En tout, une vingtaine de journées Euroscola sont organisées chaque année. Le budget annuel pour les organiser est de 3,8 millions d'euros.

La classe d'Anne Bechtel venue passer la journée dans la peau d'un eurodéputé à Strasbourg - Radio France
La classe d'Anne Bechtel venue passer la journée dans la peau d'un eurodéputé à Strasbourg © Radio France - Anne Bechtel