Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : des librairies se mettent au drive pendant le confinement

Par

Certaines librairies mettent en place un système de commandes à distance et retraits rapides et sécurisés en boutique. Ce dispositif, appelé "click and collect", est encouragé par le gouvernement pour maintenir un peu d'activité pendant le confinement.

Librairie (photo d'illustration) Librairie (photo d'illustration)
Librairie (photo d'illustration) © Radio France - Hajera Mohammad

À Montélimar, à la Nouvelle Librairie Baume, les retraits de commandes se font sur deux demi-journées dans la semaine, mercredi et samedi. Les clients ont un créneau horaire et les contacts sont strictement limités explique François Veyrié, le gérant : "les gens font la queue à l'extérieur, en respectant la distance d'un voire deux mètres entre eux. Dans l'entrée de la librairie, on a mis deux tables où on pose les sacs déjà préparés avec les commandes des clients. Ils paient en carte bancaire ou chèque, pas de liquide." 

Publicité
Logo France Bleu

La Nouvelle Librairie Baume a enregistré 400 commandes, 800 livres pour cette première semaine. Pas de quoi regonfler la trésorerie souligne François Veyrié : "ce qu'on fait là pendant ces deux demi-journées correspond à une journée normale. Ce n'est pas un chiffre d'affaires exceptionnel. Et on vient de fermer 40 jours, donc c'est un jour pour 40 qui nous manquent."

Les clients en demande

Les libraires assurent surtout ces commandes/retraits pour faire plaisir à leurs clients. Certains réclamaient, s'impatientaient. François Reynaud, de la librairie des Cordeliers à Romans-sur-Isère, a hésité à le faire, mais il a eu le déclic en passant à sa boutique. Il n'y avait pas mis les pieds depuis un mois : "je suis revenu à la librairie, et j'ai renouvelé ma pile de livres, avec une espèce de bonheur assez simple que j'avais perdu depuis longtemps. Et quand je suis rentré à la maison, j'étais un héros, pour mes enfants notamment, parce que j'apportais de nouveaux livres. Et je me suis dit que moi j'avais ce plaisir parce que j'étais libraire mais que les gens n'avaient pas cette possibilité. Sortir une fois pour venir chercher une pile de livres, je pense que ça peut aider à tenir ensuite en confinement pour les semaines qui restent."

Certains clients lui ont commandé douze livres d'un coup. Des tendances se dégagent : on achète des classiques, des livres pour enfants, des essais sur le développement personnel, la planète, l'écologie, comme si nous étions dans une remise en question générale. Et il y a "aussi beaucoup de livres sur le jardin, cultiver son potager. Je pense que certains s'apprêtent à vivre en autonomie totale, qu'ils se préparent à la fin du monde" plaisante François Reynaud.

Un système de drive contesté

Mais ce système ne fait pas l'unanimité. A Romans toujours, la librairie La Manufacture désapprouve. "Nous pensons que le confinement doit être encore appliqué strictement jusqu'au 11 mai" argumente la gérante Marine Juvin, "le fait de laisser ouvrir en drive de plus en plus de commerces non essentiels incite trop les gens à sortir, et cela remet en cause le mois et demi de confinement que l'on vient de faire. Les gens vont passer l'après-midi à faire du shopping en drive en fait, ça n'a plus vraiment de sens."

La librairie "La Manufacture" mettra peut-être en place ce système commandes à distance/retraits en boutique mais après le 11 mai, pour limiter encore les contacts au moment du déconfinement officiel.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu