Culture – Loisirs DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Des lycéens de Joigny créent un club manga

Par Thomas Séchier et France Bleu Auxerre, France Bleu Auxerre mercredi 15 mars 2017 à 4:00

Emilie Daudey (au premier plan, à d.), fondatrice du Club "Otaku" du lycée Louis-Davier de Joigny
Emilie Daudey (au premier plan, à d.), fondatrice du Club "Otaku" du lycée Louis-Davier de Joigny © Radio France - Thomas Séchier

Depuis l'an dernier, une trentaine d'élèves du lycée Louis-Davier se retrouvent une fois par semaine pour dessiner et parler manga.

Ils sont encore dans la salle de classe pendant que leurs profs et camarades déjeunent à la cantine. Chaque mardi, entre 12h15 et 13h, ils sont une trentaine d'élèves du lycée Louis-Daviet de Joigny (89) à se retrouver pour parler mangas.

Reportage lors d'une réunion du Club mangas (1'32)

"J'en avais parlé en blaguant, mais j'ai finalement décidé de le faire" (Emilie Dauday, élève de 1ère L, fondatrice du Club)

La passion pour les mangas, elle remonte à l'enfance pour Emilie Dauday, fondatrice du club. Un manga, puis un deuxième, et c'est la plongée dans l'univers de ces bandes-dessinées japonaises. Elle y trouve "plus de fantaisie, plus de liberté à créer" que dans les BD européennes.

"Certains disent que j'ai du talent, mais moi je ne pense pas !" Emilie Daudey, fondatrice du Club mangas - Radio France
"Certains disent que j'ai du talent, mais moi je ne pense pas !" Emilie Daudey, fondatrice du Club mangas © Radio France - Thomas Séchier

"Parfois, on nous regarde bizarrement"

Cécile, 17 ans également, est une mordue de mangas depuis la première heure. Le club, c'est l'occasion de "se retrouver entre personnes qui aimons la même chose. Parfois, on nous regarde bizarrement, comme si on venait d'une autre planète", raconte-t-elle. "Ici, ce n'est pas le cas".

"La culture japonaise n'est pas si différente de la culture européenne" (Cécile, élève de 1ère)

Tous rêvent désormais d'une chose : partir en voyage au Japon. Pour la culture bien sûr, mais aussi "pour la nourriture, les monuments... les cerisiers qui fleurissent et les sommets enneigés !", espère Emilie.

D'ici là, elle prépare une exposition des meilleurs dessins de ses camarades au CDI à la fin de l'année scolaire.

"Otaku" désigne les personnes mordues de culture japonaise - Radio France
"Otaku" désigne les personnes mordues de culture japonaise © Radio France - Thomas Séchier
  - Aucun(e)