Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des Mayennais sur les hauts sommets du Népal

jeudi 10 mai 2018 à 5:01 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Mayenne

Six Mayennais rentrent tout juste d'un long périple de trois semaines au Népal. Jean-Michel, Isabelle, Michel, Yves, Christiane et Bertrand ont réalisé un trek de 270 kilomètres. Ils reprennent le travail, des souvenirs pleins la tête.

Les six Mayennais sont partis avec deux amis Montpelliérains.
Les six Mayennais sont partis avec deux amis Montpelliérains. © Radio France - Yves Mestres

Mayenne, France

"Ça fait bizarre d'atterrir en France !", reconnaît Isabelle, tout juste rentrée. Cette habitante de Nuillé-sur-Vicoin a du mal à réaliser. "Ça a été une sacrée parenthèse."

Accompagnés de deux amis montpelliérains, les six Mayennais ont marché tous les jours pendant trois semaines, en avril, pour le Tour du Manaslu. "On marchait 20 kilomètres par jour, raconte Michel. On s'émerveillait de tout ce qu'on voyait autour de nous."

Les aventuriers mayennais dans la vallée du Manaslu. - Radio France
Les aventuriers mayennais dans la vallée du Manaslu. © Radio France - Yves Mestres

La bande d'amis a entre 56 et 61 ans, ce sont des habitués de la randonnée en montagne. "Tout le monde peut le faire, à condition d'être préparé, prévient Michel. De la course à pied, du vélo, et surtout se préparer à passer des cols en altitude."

Les Mayennais grimpent jusqu'à 5.400 mètres d'altitude. L'oxygène se fait rare. "Dans ces moments, on ressent une insuffisance respiratoire, se souvient Isabelle. Donc il faut bien se connaître et trouver son rythme."

Les grimpeurs sont aidés par deux guides népalais. Ils dorment chaque nuit dans un nouveau village. "On se levait à 5 heures du matin pour regarder le soleil pointer sur les cimes. Un dépaysement total !"

Les randonneurs mayennais avant le dernier col de Thorong. - Radio France
Les randonneurs mayennais avant le dernier col de Thorong. © Radio France - Yves Mestres

Le but est aussi de sortir de son confort quotidien. "Changer ses habitudes, ses repères, vivre autrement et dans des conditions sanitaires plus difficiles", explique Yves, de Laval. Les conditions sont, en effet, rudimentaires : duvets, cabanes en planches, sans chauffage, sans eau ou avec de l'eau froide... 

L'expérience restera inoubliable pour ces Mayennais. "On a fait la fête en haut de chaque col, on a dansé, chanté avec les Népalais qui nous entouraient."

Le groupe s'est même lié d'amitié avec les guides. L'un d'eux souhaite venir en France pour rendre visite aux aventuriers français. "Si un jour ça se fait, on l'accueillera à bras ouverts !", promet Isabelle.