Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des peintures du 13ème siècle découvertes dans la cathédrale de Poitiers

lundi 9 novembre 2015 à 12:37 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou et France Bleu

Ce sont des peintures d'une qualité exceptionnelle qui ont été découvertes à la cathédrale de Poitiers cette année : 900m² de peintures murales datant du 13ème siècle, cachées sous une couche de badigeon depuis le 18ème siècle. Reportage de France Bleu Poitou ce lundi.

Des peintures du 13ème siècle en excellent état
Des peintures du 13ème siècle en excellent état © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

Des couleurs vives et des dessins en grandes partie conservés. Il aura fallu des infiltrations d'eau dans la voûte du transept sud de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers pour redécouvrir ces peintures du 13ème siècle.  Des pierres abîmées qu'il faut remplacer, les monuments historiques en profitent pour sonder la pierre. 

Bonne pioche ! Derrière la couche de badigeon posée au 18ème siècle, sans doute pour cacher des peintures sublimes, mais trop abîmées, ou désuètes pour les goûts de l'époque, il y de la couleur. Le simple chantier de maçonnerie se transforme vite en chantier monumental. 

Des peintures dégagées au scalpel

Il faut gratter le badigeon très dur au scalpel pour dégager les peintures fragiles qui se cachent derrière. Opération délicate. Il faut parfois une semaine aux spécialistes pour dégager un petit mètre-carré de peinture. Et chaque écaille de couleur compte. On dégage et on protège aussitôt, avant une restauration programmée pour le premier semestre 2016.

Les travaux de mise au jour ont débuté en janvier 2015.  600 des 900 mètres-carré ont d'ores et déjà été  dégagés, et notamment la voûte. 

Des peintures qui se méritent...

Pour les observer, il faut monter les échelles des échafaudages une à une, jusqu'à 24 mètres de hauteur. Une fois là-haut, surprise ! Sur chaque voûtain, une scène différente du Jugement dernier. 

Certes, par endroits, la pierre est à nu, la peinture a disparu. Mais là où elles sont restées, quelle qualité ! 

Une qualité impressionnante à plus d'un titre

Anne Embs, est la conservatrice des Monuments hitoriques à la DRAC de Poitou-Charentes, Direction régionale des Affaires Culturelles. Et pour elle, cette découverte est exceptionnelle à plus d'un titre : 

D'abord, l'ampleur de l'ouvrage_ : 900 mètres-carré de peintures murales, réalisées sans doute à 4 mains mais d'un seul tenant.   La* qualité du dessin* montre au moins 2 artistes au trait assuré. il n'y a aucun repentir par exemple. 

  • La qualité des pigments : les artistes ont utilisé du cinabre pour le rouge, de l'azurite pour le bleu, du blanc de plomb, mais aussi des feuilles d'or et d'argent, autant de matériaux  précieux. _ Des scènes rares pour l'époque gothique. Outre le couronnement de la Vierge, le cortège d'ange portant les couronnes des "Elus", et le Christ-Juge, on découvre par exemple cette représentation du Sein d'Abraham
Le sein d'Abraham est la demeure des âmes pures après leur mort - Radio France
Le sein d'Abraham est la demeure des âmes pures après leur mort © Radio France - Isabelle Rivière

 Pour financer un tel chantier, le commanditaire devait être très riche. 

"Sans doute une commande royale ou celle d'un haut dignitaire", selon Anne Embs, conservatrice des Monuments hitoriques à la DRAC de Poitou-Charentes, Direction régionale des Affaires Culturelles. 

Ces peintures qui datent de la seconde moitié du 13ème siècle sont sans doute le 2ème décor mis en place dans cette cathédrale érigée au 12ème siècle à Poitiers. 

L'ensemble va maintenant être restauré. Début des travaux à la fin de l'année 2015 pour une durée : 6 mois. Quant au coût : 800 000 euros, tout compris (dégagement, restaurations des peintures et des vitraux du transept sud), le tout, entièrement financés par l'Etat.

Un exemple de ce que sera la restauration de ces peintures murales - Radio France
Un exemple de ce que sera la restauration de ces peintures murales © Radio France - Isabelle Rivière