Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des pièces d'or et d'argent rarissimes enfouies à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une trentaine de pièces de monnaies d'or et d'argent ont été découvertes sur un chantier prés de la cathédrale Saint Bénigne à Dijon. Les pièces interdites par Charles VIII étaient enfouies sous des toilettes dans une cour. Un bourguignon anonyme s'était constitué un pécule d'environ 15 000 euros.

Une trentaine de pièces d'or et d'argent étaient cachées sous terre à Dijon
Une trentaine de pièces d'or et d'argent étaient cachées sous terre à Dijon - Pascal Listrat - Inrap

33 pièces d'or et d'argent exceptionnelles ont été découvertes à Dijon, près de la cathédrale Saint Bénigne. Ces monnaies datent de la fin du 15° siècle. Elles proviennent d'Italie, de Savoie, de Belgique ou de Suisse. Elles ont été découvertes début 2019 sur le chantier d'un bâtiment en construction par les archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives. Les fouilles devraient se poursuivre. Les pièces pourraient être prochainement exposées au public au musée d'archéologie de Dijon.

Trésor enfoui sous les WC au fond de la cour

La trentaine de pièces étaient sous terre, agglomérées ensemble. Un petit aristocrate ou un artisan les avaient enfoui dans une boite avant de les oublier.  Pascal Listart, l’archéologue numismate de Dijon, évoque un coup de chance : "le bâtiment devient une cours fin 19° siècle et on installe des WC au fond de la cour. La boite des pièces a été endommagée quand les gens ont creusé la fosse des toilettes. Au fil des fuites des toilettes, du sulfure se forme avec l’urine. C’est un vrai coup de chance: si l’ouvrier avait déplacé son coup de pioche, il aurait trouvé le trésor… et on ne l’aurait pas eu." 

Trésor historique aujourd'hui, 15 000 euros en 1494

L’archéologue numismate de Dijon, considère que "notre enfouisseur a des monnaies lourdes en bon argent bon or. Avec une estimation grossière, c’est comme si vous aviez caché 15 000 euros sous une dalle de carrelage chez vous."

Pascal Listart a soigneusement identifié chaque pièce : 'les provenances vont du Brabant bourguigon, l’actuelle Belgique jusqu’à Rome, Milan, Venise, beaucoup de monnaie de Charles 1er de Savoie, de la monnaie d’Utrecht, du Saint Empire ; ça parle de cette Europe effervescente à la fin du 15eme siècle avec des échanges nombreux. Notre enfouisseur a entendu parler des guerres d’Italie. Ce n’est pas un climat serein : c’est un climat de guerre et de bouleversements. Ces pièces en or et argent avaient été cachées pour échapper à l'ordonnance de confiscation de Charles VIII. Leur valeur est surtout historique pour évoquer les tensions de la Bourgogne et de l’Europe."

Pièces interdites cachées

L'archéologue Stéphane Alix dirige ce chantier de fouilles. Il explique que ces pièces ont été enterrées car elles étaient interdites : "les pièces étaient cachées car ces monnaies n’avaient plus cours. Les rois de France interdisent la circulation de ces monnaies étrangères pour les confisquer et rééditer ces monnaies à moindre taux et faire du bénéfice. La personne n’a pas voulu les rendre. Elle les a enfoui pour les thésauriser et les échanger quand il retournera à son activité de marchand en dehors de la Bourgogne"

Pécule enterré et galerie de portraits des guerres d'Italie

L'archéologue numismate Pascal Listrat a examiné très attentivement ces pièces. Il explique que le bourguignon qui les a enfoui à la fin du 15° siècle voulait se constituer un pécule malgré les interdictions de Charles VIII  . On trouve sur ces monnaies une "galerie de portraits de tous les protagonistes des guerres d’Italie qui débutent à la date de notre enfouissement en 1494. Notre enfouisseur les a soustraites à la circulation en se disant qu’il arrivera à les changer pour leur valeur métallique car elles ont un taux d’or très élevé. Le taux d’argent est de 97%"

Sarcophages et nécropole du 4° siècle

L'archéologue Stéphane Alix souhaite poursuivre ce chantier de fouilles car un autre trésor a été découvert : une sépulture du 4° siècle qui permet aux archéologues de vérifier leurs hypothèses scientifiques: "au-delà du dépôt monétaire dans ces maisons un peu cossues de la fin du moyen âge, on trouve en-dessous la trace d’une nécropole du 4° siècle qui n’avait pas été confirmé jusqu’à maintenant. . On a trouvé des sarcophages et des squelettes qui ont été datés au carbone 14. Il est possible qu’il y ait encore des choses en- dessous mais il devint dangereux de trop creuser pour atteindre le sol naturel".

Pascal Listrat "La boite de pièces d'or et d'argent était sous les WC au fond de la cour" prés de la cathédrale Saint Bénigne de Dijon

Choix de la station

À venir dansDanssecondess