Culture – Loisirs

Des poèmes de Jacques Prévert en alsacien par Simone Morgenthaler

Par Romane Porcon, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass dimanche 22 janvier 2017 à 19:55 Mis à jour le jeudi 26 janvier 2017 à 6:10

L'écrivain et journaliste Simone Morgenthaler a traduit des poèmes de Jacques Prévert en alsacien
L'écrivain et journaliste Simone Morgenthaler a traduit des poèmes de Jacques Prévert en alsacien © Radio France -

Il y a une vingtaine d'années, l'écrivain et journaliste Simone Morgenthaler a eu envie de traduire des poèmes de Jacques Prévert en alsacien pour le plaisir et pour rendre hommage à sa langue maternelle. Son livre est aujourd'hui reédité et permet de se replonger dans la poésie du célèbre poète.

Tout le monde a en tête le célèbre poème "le cancre" de Jacques Prévert. Il y a une vingtaine d'années, l'écrivain et journaliste Simone Morgenthaler a décidé de traduire les célèbres poèmes de Prévert en alsacien. Son livre est aujourd'hui reédité. Une manière de mettre en valeur la langue alsacienne et de redécouvrir les poèmes de Jacques Prévert.

C'est sur les bancs de l'école que Simone découvre les poèmes du poète : "c'était à l'école de mon village, l'instituteur c'est lui qui m'a ouvert à la langue française car je ne parlais qu'alsacien jusqu'à l'âge de 6 ans. Le premier poème que j'ai découvert de Prévert c'est "en sortant de l'école" et je trouve ça merveilleux quand on est enfant de se dire qu'on peut se mettre dans un train qui peut faire le tour de la Terre. C'est le poème qui m'a vraiment marqué."

Reportage avec Simone Morgenthaler qui a traduit avec plaisir les poèmes de Jacques Prévert en alsacien

Il faut montrer la richesse de la langue alsacienne

Il y a une vingtaine d'années, en entendant la chanson de Juliette Greco "Je suis comme je suis" elle a voulu montrer que la langue alsacienne peut même traduire l'univers de Prévert : "la langue alsacienne est souvent réduite à savoir exprimer des choses assez primaires, pour parler de choucroute ou de riesling. Alors que c'est une langue qui est d'une beauté qui est imagée. Il y a peu de langues qui ont 12 mots différents pour dire la mâche, la salade. Et je me suis dit : il faut montrer la richesse de cette langue." Simone Morgenthaler poursuit son combat pour défendre l'alsacien. Elle participera à une table ronde samedi 28 janvier à la librairie Kléber sur ""écrire et traduire en alsacien, est-ce bien raisonnable?".