Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des Rémois au championnat du monde de roller artistique

mercredi 10 octobre 2018 à 3:57 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Quatre jeunes rémois licenciés au Reims roller skating participent ce samedi 13 octobre en Vendée, au championnat du monde de roller artistique, en quartet. Léa, Gwendoline, Antonin et Léo nous ont reçu à l'entraînement pour parler de leurs ambitions et de leurs difficultés au quotidien.

Gwendoline, Léo, Antonin et Léa
Gwendoline, Léo, Antonin et Léa - Marie-Noëlle Dasso

La musique résonne dans le gymnase François Legros de Reims. Léa, Antonin, Gwendoline et Léo, 22 ans de moyenne d'âge, sont en plein entraînement : "On a encore plein de choses à améliorer, il faut que tous nos gestes, tous nos pas, soient parfaitement synchronisés". Le 13 octobre prochain, en Vendée, ils devront reproduire cette même chorégraphie face aux sept juges du championnat du monde.

Le diable est dans le détail, dit-on, mais dans leur cas il est aussi en piste, car les quatre patineurs ont choisi le thème du jugement dernier pour leur programme de trois minutes : "Antonin et moi jouons le rôle de deux humains morts", explique Gwendoline, "Et nous devons choisir entre Léa, déguisée en ange et Léo, déguisé en diable".

Individuellement, les quatre licenciés du Reims roller skating cumulent déjà de nombreux titres, mais patiner en quartet est une première pour eux, alors ce championnat du monde est un bonus, selon Antonin : "Notre ambition était de nous qualifier pour le championnat d'Europe et on a réussi. On a aussi fait vice-champion de France. Donc là _on veut juste donner le meilleur de nous-mêmes, s'amuser, prendre de l'expérience et prendre plaisir à patiner_".

En Vendée, le quartet devra défier des patineurs parfois professionnels, ce qui est loin d'être leur cas. En France, le roller artistique n'est pas reconnu sport de haut niveau et les infrastructures ne suivent pas. "On s'entraîne dans des gymnases plus petits que les pistes de compétition et qui ne sont pas toujours équipés de parquet", expliquent-ils.

Et leur entraîneur se trouve en Italie : "On n'a pas trouvé chaussure à notre pied en France. Il vit à Trieste, mais on échange régulièrement avec lui, on lui envoie des vidéos... Même si il n'est pas là physiquement, c'est tout comme". Il n'empêche que cette situation ne leur simplifie pas la vie, eux qui doivent également mener de front des études ou un travail, alors ils aimeraient, sans pour autant se plaindre, que leur sport soit reconnu.

Pour suivre les performances des patineurs en direct, cliquez ici.