Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

La sécurité ça se paie, et les festivals de nos deux Charentes trouvent souvent la note salée

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le Conseil d'État annule une infime partie de la circulaire Collomb. Elle prévoit que les organisateurs d'événements remboursent l'État quand il met des forces de l'ordre à disposition. Une dépense de plus dans le volet de la sécurité qui ne cesse d'augmenter pour les festivals des deux Charentes.

Seule une infime partie de la circulaire Collomb a été annulée par le Conseil d'État
Seule une infime partie de la circulaire Collomb a été annulée par le Conseil d'État © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/

Charente, France

Fausse bonne nouvelle pour les organisateurs de festivals des deux Charentes. Le Conseil d'Etat refuse une partie de la circulaire Collomb qui demande aux festivals de rembourser l'Etat quand il met à disposition des forces de l'ordre pour la sécurité des événements.

Mais le problème réside dans le fait que les organisateurs ne comprennent pas toujours les frais qu'on leur demande de rembourser. C'est le cas de cet organisateur d'un festival de Charente-Maritime, qui souhaite rester anonyme.

En 2017, alors que la circulaire n'est même pas encore émise, on lui envoie une facture de 7 000 euros. Une facture allégée parce qu'on lui réclame à deux mois seulement du début du festival. Il interroge la préfecture qui lui répond qu'il s'agit d'un " changement de politique dans le département ".

L'année d'après, en 2018, on lui envoie le devis neuf mois avant, et la facture s'élève cette fois-ci à 30 000 euros, ce qui fait grimper son budget sécurité de plus de 40%. Mais le remboursement n'est pas toujours imposés aux organisateurs : c'est le cas notamment quand l'événement se déroule sur le domaine public car il s'agit de sécurité publique.

C'est par exemple le cas du festival de la BD d'Angoulême qui ne paie rien pour les policiers et les CRS déployés. Mais les organisateurs rembourse les dispositifs spécifiques comme les maître chiens ou encore les démineurs à l'État. Une dépense de plus, aux alentours de 10 000 euros, qui reste mineure quand on sait que le budget sécurité s'élève à 100 000 euros, pour ce festival, sur les 4 millions de budget, au total.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu