Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Un voyage au XIXe siècle : la nouvelle exposition du musée de Grenoble

Par

L'exposition « Grenoble et ses artistes au XIXe siècle » a ouvert ses portes, mercredi matin avec deux mois de retard en raison du coronavirus. Elle sera visible jusqu'au 25 octobre.

Grenoble assiégée par les Alliés, 6 juillet 1815 Grenoble assiégée par les Alliés, 6 juillet 1815
Grenoble assiégée par les Alliés, 6 juillet 1815 - Alexandre Debelle (peintre)

C'est un voyage dans l'histoire et dans la géographie de Grenoble et du Dauphiné. Une exposition très populaire. Car même si on n'est pas féru des techniques picturales, on s'y perd, on se laisse flâner parmi les œuvres qui dépeignent les événements du XIXe siècle, les montagnes et les rues de la ville quasiment "photographiés" par les peintres. Il y a deux siècles, nos montagnes étaient chauves sans arbres.  

Publicité
Logo France Bleu

Tel Edouard Brun, peintre alpiniste. En 1880, membre du club alpin français, il utilise la photographie pour fixer ses courses.

Lac Merlat et la Grande Lauzière - Edouard Brun (peintre)
La Bérarde et la vallée de la Pilatte en 1882 - Laurent Guétal (peintre)
L'Isère à Grenoble et le Moucherotte, vue de l'Ile-verte en 1829 - Isidore Dagnan (Peintre)

Au milieu du XIXe siècle, la foire de Beaucroissant était plus champêtre.

La foire de Beaucroissant au milieu du XIXème siècle - Theodore Ravanat (Peintre)

Le musée présente également de nombreuses sculptures. Ainsi la maquette du lion et du serpent qui symbolise Grenoble maîtrisant l'Isère qui déborde de son lit.

La fontiane du Lion et le Serpent à St Laurent - Victor Sappey (Sculpteur)

C'est une collection à partir du fond des artistes dauphinois du Musée de Grenoble. "C'est un travail de fond, d'étude de ces collections, explique Guy Tossato, le directeur du musée. "C'est une préparation de deux ans. On a adapté le musée à toutes les mesures barrières". 1500 visiteurs peuvent être accueillis en même temps dans le musée habituellement. C'est aujourd'hui limité à 300.

Au travers des noms des peintres de l'exposition, c'est aussi une balade dans les rues de Grenoble. Firmin Gauthier (place du palais de Justice) Diodore Rahoult (de la Grande-Rue à la place d'Agier) ou Jacqueline Marval (Championnet). Tous les grenoblois ne savaient pas forcément que ces noms de rues étaient des noms d'artistes.

Un événement tabou de l'histoire de Grenoble

Les Autrichiens et les Sardes envahissent Grenoble - Alexandre Debelle (peintre)

En 1815, la capitale des Alpes est envahie par une division austro-sarde. Alexandre Debelle exécute son tableau en 1860. Il fait appel à ses souvenirs d'enfance. Il avait 10 ans en 1815. Il se remémore le récit de son père, le capitaine Joseph-Guillaume Debelle. On voit ce dernier au centre de la scène avec une jambe de bois.

La scène se situe au carrefour de la rue du Chemin-neuf et de la rue Très-Cloître. Les Français repoussent l'ennemi le 6 juillet, mais capitulent le 9 juillet, quatre mois après le passage de Napoléon à Grenoble et trois semaines après Waterloo.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu