Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

DOCUMENTS EXCLUSIFS - Sur les traces des phénomènes PNL en Corrèze, là où tout a commencé

mercredi 3 avril 2019 à 20:25 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin et France Bleu

Alors que leur nouvel album "Deux frères" doit officiellement sortir ce vendredi, mais qu'il vient de fuiter sur internet, France Bleu Limousin est parti sur les traces du duo PNL. Tarik et Nabil Andrieu, passés par la Corrèze entre 2001 et 2007, ont laissé des souvenirs à ceux qui les ont connus.

Le duo PNL a vécu entre 2001 et 2007 à Brive, en Corrèze
Le duo PNL a vécu entre 2001 et 2007 à Brive, en Corrèze © Maxppp - Hugo Marie

Brive-la-Gaillarde, France

Leur histoire est étroitement liée à la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, en région parisienne. Mais les frères de PNL, dont le nouvel album "Deux frères" doit officiellement sortir ce vendredi, ont aussi vécu six ans à Brive, en Corrèze, durant leur adolescence et leur jeune majorité. Alors qu'ils entretiennent le mythe autour d'eux et qu'ils n'accordent aucun entretien, France Bleu Limousin est allé sur les traces des phénomènes Tarik et Nabil Andrieu, dont la résonance va bien au-delà de la France. De Brive à Tulle, des lycées Danton et Cabanis au lycée René Cassin, de l'avenue de Bordeaux au stade Pestourie, nous avons retrouvé celles et ceux qui ont croisé la route du duo entre 2001 et 2007.

"Pas des jeunes qui traînaient"

Deux frères. Ces deux là arrivent à Brive en 2001 quand leur père, René Andrieu, quitte avec effet immédiat Corbeil-Essonnes pour une raison toujours floue et rejoint la Corrèze où il a des attaches. D'abord occupants d'un appartement du quartier d'Estavel, ils vivent ensuite tout près de là dans une maison de ville blanche, banale, située le long de la voie ferrée avenue abbé Jean Alvitre, la passante 'avenue de Bordeaux'.

Après un appartement, Nabil et Tarik Andrieu vivent à Brive dans cette maison de l'avenue de Bordeaux - Radio France
Après un appartement, Nabil et Tarik Andrieu vivent à Brive dans cette maison de l'avenue de Bordeaux © Radio France - Nicolas Blanzat

"On ne les voyait pas trop, ce n'était pas des jeunes qui traînaient". La discrétion, déjà, décrit Abdel, salarié du 'Drop', le bar qui se trouve en face de la maison. "Ils allaient à l'école et ils rentraient. Ils avaient une petite moto" ajoute-t-il, "et un beau chien imposant dans la propriété".

Abdel, salarié du bar 'le drop' à Brive, se souvient bien de Nabil et Tarik Andrieu - Radio France
Abdel, salarié du bar 'le drop' à Brive, se souvient bien de Nabil et Tarik Andrieu © Radio France - Nicolas Blanzat

Nabil fait des concours de petits ponts durant les matchs, Tarik surveille

Nabil, le plus jeune, est né le 25 avril 1989 à Corbeil, indique sa licence de foot. Il est alors très assidu sur les terrains. " Il kiffait les petits ponts " se souvient Faouzi Aichi, toujours licencié à l'Etoile briviste, qui joue avec lui en moins de 13 ans " équipe C, car il y avait un gros niveau. J'étais dans les buts en première période et j'entrais dans le champ pour la deuxième. Lui jouait milieu ou attaquant. Et, pendant les matchs, on faisait des concours de petits ponts. Ça criait de partout dès que ça marchait, c'était vraiment la bonne époque " se remémore-t-il. Derrière la main courante, pour les entraînements et les matchs, il y a Tarik. Plus vieux de trois ans, il est beaucoup plus mystérieux. " Il était en retrait, les mains dans les poches, et il regardait. Il ne décrochait pas un mot " revoit Faouzi Aichi, " à mon avis, il surveillait son frère ".

Toujours licencié à l'Etoile de Brive, Faouzi Aichi se souvient des concours de petits ponts avec Nabil Andrieu - Radio France
Toujours licencié à l'Etoile de Brive, Faouzi Aichi se souvient des concours de petits ponts avec Nabil Andrieu © Radio France - Nicolas Blanzat

Déjà une forme de révolte"

Alias NOS, Nabil laisse beaucoup de souvenirs au lycée Danton, où il obtient un bac STG en 2007. " On était les deux petits reubeus de la classe " raconte Malik Eddibi, copain de promo. " Il était très intelligent et avait le souci de se dire qu'il fallait faire des études pour réussir dans la vie ".

Nabil Andrieu, pull noir aux rayures blanches en haut, obtient son bac STG au lycée Danton de Brive en 2007 - Aucun(e)
Nabil Andrieu, pull noir aux rayures blanches en haut, obtient son bac STG au lycée Danton de Brive en 2007 - DR

" Discret et calme ", tels sont les deux qualificatifs qui reviennent à Nathalie Boyer, professeur de mercatique, commerce et management. " C'était un jeune homme qui faisait son travail correctement, sans vague. On sentait déjà une forme de révolte contre le système et la société " continue celle qui est aussi alors professeur principale de Nabil Andrieu. " On sentait bien que sa préoccupation, c'était déjà la musique " reprend Malik Eddibi.

Malik Eddibi était en classe avec Nabil Andrieu au lycée Danton, à Brive - Radio France
Malik Eddibi était en classe avec Nabil Andrieu au lycée Danton, à Brive © Radio France - Nicolas Blanzat

Même chose pour Tarik, alias Ademo, le grand frère. Après un BEP électrotechnique obtenu en 2004 au lycée Cabanis, à Brive, où il n'a pas marqué son passage, il enchaîne avec un bac professionnel électrotechnique au lycée René Cassin, à Tulle, qu'il obtient en 2006. " Il passait relativement incognito dans cette classe, qui fût la meilleure promo que j'ai eu " explique Christian Dufour, son professeur principal. " Grâce aux autres élèves et en laissant traîner nos oreilles dans les couloirs, on avait des échos qu'il était impliqué dans la musique. Parfois, il poussait la fantaisie jusqu'à écrire des textes en cours ".

Leur père joue au loto, "il ne savait pas que le gros lot était dans sa maison"

Le duo n'évoque pourtant jamais cette parenthèse corrézienne. " Brive n'est pas un des meilleurs passages de leur vie " croit savoir Malik Eddibi, qui connaît le producteur de PNL, " parce que ce n'est pas là où ils se sont construits, même si ça fait partie de leur histoire ". " En venant au bar, leur père remplissait régulièrement une grille de loto " confie Abdel, salarié du Drop, " ce qu'il ne savait pas encore, c'est que le gros lot était dans sa maison... "

Tarik Andrieu obtient son bac pro électrotechnique au lycée René Cassin, à Tulle, en 2006 - Aucun(e)
Tarik Andrieu obtient son bac pro électrotechnique au lycée René Cassin, à Tulle, en 2006 - DR

"La plume n'a pas vraiment changé, c'était déjà incisif"

Le son venant de la maison juste en face de l'autre côté de la route, il s'en souvient Abdel. " J'entendais la musique en été, et j'étais loin de penser qu'ils arriveraient là où ils en sont ". Discrets, donc, mais déjà passionnés. " Nabil grattait des textes en cours et chez lui " continue Malik Eddibi. Un autre pote, Kévin Asensio, est bien placé pour en parler. " Comme on avait des goûts communs sur les sons de l'époque, on se faisait écouter nos maquettes ". Cela se passe au lycée Danton, " entre les cours ou en récréation ", et Nabil a déjà quelque chose. " J'aimais bien ce qu'il faisait, il était déjà à un bon niveau avancé. Il lui manquait juste du matos. La plume n'a pas vraiment changé, c'était déjà incisif. La mélancolie, le spleen, la haine étaient déjà là. C'est pour ça que je ne suis pas étonné que ça pète, parce que c'est vraiment eux ". Ils ne se sont jamais détournés de leur ligne conductrice détaille celui qui, après le départ des deux frères de Brive, a gardé contact pendant plusieurs années avant que le temps fasse son oeuvre. " Jusqu'à l'album 'le monde chico', nous nous sommes parlés de temps en temps. Je leur ai envoyé des instrus pour leurs albums. Mais ça ne correspondait pas car ils avaient des envies bien précises, c'était précisément défini ". Pourtant, Abdel retient une anecdote : une candidature des deux frères "pour jouer à Brive plage, à l'époque. Ils devaient vouloir montrer ce qu'ils savaient faire, mais ils n'ont pas été retenus. Peut-être que le festival doit le regretter". Un peu plus de dix ans après, Nabil et Tarik Andrieu sont au sommet de la tour Eiffel, dans leur clip 'Au DD'.