Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Domaine de l'Abbaye de Pontigny : "la région ne vendra pas à n'importe qui"

-
Par , , France Bleu Auxerre

La région, propriétaire du domaine qui jouxte l'abbaye de Pontigny, veut le mettre en vente. Des opposants parlent d'une "braderie du patrimoine". La présidente de la Bourgogne Franche Comté, en déplacement dans l'Yonne, a cherché à rassurer tout le monde.

La Région est propriétaire du domaine de l'Abbaye de Pontigny depuis 2003.
La Région est propriétaire du domaine de l'Abbaye de Pontigny depuis 2003. © Maxppp - DENIS WUYAM

Pontigny, France

C'est un sujet qui fait débat depuis plusieurs années dans l'Yonne : l'avenir du domaine de l'abbaye de Pontigny. Il s'agit d'un terrain de 9 hectares et de 6000 mètres-carrés de bâtiments, qui se trouvent juste à côté de l'abbaye cistercienne. La région en est propriétaire depuis 2003 et elle a annoncé il y a quinze jours qu'elle allait mettre la propriété en vente.

Cette décision inquiète des défenseurs du patrimoine, dont certains ont fait circuler une pétition sur Internet dénonçant une "braderie du patrimoine", qui a recueilli plus de 2800 signatures. 

200 000 euros par an pour entretenir le site

Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, en déplacement dans l'Yonne cette semaine, a précisé les choses pour calmer les esprits. Elle explique que la région ne peut plus se permettre de dépenser 200 000 euros par an pour entretenir le site.  "On voit bien que dans les années qui viennent il y aura de grosses dépenses "de clos et de couverts" comme on dit. Et quand on commence à s'attaquer aux toitures, ce n'est pas rien". 

Mais l'élue affirme que le conseil régional n'a absolument pas l'intention de faire n'importe quoi. Elle veut trouver un acteur privé avec un projet conforme à l'esprit du lieu. "Je souhaite trouver un investisseur qui respecte la dimension culturelle, cultuelle et spirituelle de ce lieu. Il faut qu'il y ait des dynamiques qui se mettent en place pour qu'on respecte les lieux. Mais ce n'est pas à la région de gérer un lieu pareil", poursuit Marie-Guite Dufay

Un projet d'école de restauration

Beaucoup d'acteurs locaux ne comprennent pas cette volonté de se désengager, à l'image de Micheline Durand, la présidente de  l'association "les amis de Pontigny". "Nous sommes dans un profond désaccord, parce que le patrimoine, c'est l'héritage des pères, c'est notre bien commun. Je comprends parfaitement qu'il puisse y avoir des problèmes de financement et qu'on puisse rechercher comment faire vivre et financer des projets, mais dire que la région n'a pas vocation à s'intéresser au patrimoine, c'est pour moi un contre-sens absolu ! Parce que je crois au contraire qu'elle doit être le garant de cette transmission et de cette ouverture à tous."

L'association des amis de Pontigny et d'autres partenaires portent d'ailleurs un projet d’école de restauration pour le patrimoine, qui serait installée sur le domaine. Le soutien financier du conseil régional aurait pu constituer une base. "Alors qu'on parle tant des problèmes qui se posent pour la restauration de Notre-Dame de Paris, je trouve qu'il serait intéressant de transmettre des savoir-faire et de pouvoir former. Et si les puissances publiques ne peuvent pas porter ces lieux forts, alors je ne sais pas qui le fera", poursuit Micheline Durand,

Les éventuels candidats ont jusqu'au mois d'octobre pour manifester leur intérêt pour le domaine de Pontigny. Sa valeur a été évaluée à 1,8 millions d'euros.