Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Culture – Loisirs

Dordogne : 14 nouveaux sites candidats pour le loto du patrimoine

lundi 11 mars 2019 à 6:06 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

La Fondation du patrimoine a dévoilé les 18 sites emblématiques retenus pour la deuxième édition du loto du patrimoine. L'amphithéâtre gallo-romain de Saintes, en Charente-Maritime est sélectionné en Nouvelle-Aquitaine. Mais 14 sites postulent en Dordogne pour figurer parmi les 100 autres à venir

L'entrée de l'abbaye de Tourtoirac, candidate au loto du patrimoine
L'entrée de l'abbaye de Tourtoirac, candidate au loto du patrimoine © Maxppp - Maxppp

Tourtoirac, France

C'est ce lundi que l'animateur Stéphane Bern et le ministre de la culture Franck Riester vont révéler officiellement les 18 monuments historiques emblématiques de la deuxième édition du loto du patrimoine.

Une opération pilotée par la Française des Jeux, en partenariat avec le ministère de la culture et la fondation du patrimoine. Lors de la première édition l'an dernier, environ 43 millions d'euros ont été récupérés pour sauver des monuments en péril (22 millions de ticket de loto et 21 millions d'euros de taxes). 

Ces sites ont en réalité déjà été révélés dès ce dimanche. Pas de site "emblématique" retenu en Dordogne, mais l'amphithéâtre gallo-romain de Saintes a été désigné pour la Nouvelle-Aquitaine.

100 autres monuments encore à déterminer... Et la Dordogne a des propositions !

Pour la suite, 100 autres monuments vont être sélectionnés partout en France. La liste des heureux élus sera communiquée d'ici quelques mois.

Evidemment, en Dordogne aussi, de nombreux monuments espèrent être sélectionnés cette année. Les propriétaires de châteaux, moulins ou encore d'églises du Périgord avaient jusqu'au 28 février pour déposer un dossier auprès de la Fondation de France.

L'abbaye de Chancelade a déposé un dossier pour le logis de l'abbé - Maxppp
L'abbaye de Chancelade a déposé un dossier pour le logis de l'abbé © Maxppp - Maxppp

D'après nos informations, 14 dossiers ont été déposés en Périgord. Et  il y en a pour tous les goûts. D'abord, il y a de nombreux châteaux dont celui de Campagnac.

Lolme, Sarlat ou encore Chancelade

Un édifice du XVIe siècle aujourd'hui en mauvais état, qui appartient à la mairie de Sarlat. Il y a aussi un moulin et des églises, comme l'église Notre-Dame de la petite commune de Lolme, tout près de Monpazier. Enfin, il y a les abbayes. La mairie de Tourtoirac a déposé un dossier pour la rénovation des fresques du XIe siècle du transept. Un chantier estimé à 700 mille euros selon une étude réalisée par l'association des Amis de l'abbaye qui pilote le projet.

"La partie concernée par la demande au niveau de l'opération Stéphane Bern, c'est la partie du transept du XIe siècle qui possède des fresques, qui sont par endroit cachées par rapport à de l'humidité, des algues qui ont poussées sur les mures, et qui cachent partiellement ces fresques" dit le maire Dominique Durand

"Une étude a été réalisée, en sachant que ces travaux de restauration vont être coûteux, et que l'opération de Stéphane Bern serait importante, mais il faudra aussi une opération de mécénat, car cela va correspondre à des montants importants" poursuit le maire.

L'abbaye de Chancelade elle est en lice pour la rénovation intérieure du logis de l'Abbé. L'an dernier, c'est la digue castrale du château de Saint-Germain du Salembre, près de Saint-Astier, qui avait été sélectionnée. Environ 21.000 euros ont depuis été débloqués grâce au loto du patrimoine.