Culture – Loisirs

Dordogne : chez les Pascal, l'ouverture de la chasse se fera en couple

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord samedi 12 septembre 2015 à 22:03

Nicolas, Anne et leur fille Jeanne avec leurs trois chiens.
Nicolas, Anne et leur fille Jeanne avec leurs trois chiens. © Radio France - Benjamin Fontaine

Ce dimanche, 21.500 Périgourdins vont de nouveau épauler leur fusil pour l'ouverture de la chasse. A Eygurandes-et-Gardedeuil, Anne et Nicolas Pascal vont vivre cette ouverture en couple.

Chevreuils, perdrix, faisans et lapins sont désormais dans le viseur des chasseurs périgourdins. La chasse ouvre officiellement ce dimanche 13 septembre pour ces espèces. Les battues aux sangliers ont déjà démarré cet été.

D'après la fédération de chasse de Dordogne, 21.500 chasseurs se sont préparés pour l'ouverture. Parmi eux, Anne et Nicolas, 32 et 37 ans et parents de deux enfants. Le couple habite Eygurandes-et-Gardedeuil en Périgord Vert et chasse ensemble depuis six ans.

Avant qu'elle ne se marie, Anne était pourtant une "anti-chasse". "Quand on parle de chasse il y a toujours cette idée que tuer des animaux c'est mal, mais ce n'est pas une réalité. La chasse ce n'est pas une tuerie, c'est réguler, préserver la biodiversité," explique celle qui est désormais présidente d'un groupement de chasseurs.

Ma passion passe mal chez mes collègues féminines 

-Anne

Entre le plaisir de voir travailler ses chiens, Akira, Châtaigne et Emma et la convivialité des parties de chasse, Anne s'est vite mêlée à ce milieu masculin souvent décrit comme machiste. "Ils ne font pas de différence, même s'ils me chouchoutent un peu. Quand ils me voient partir loin avec un chien ils n'hésitent pas à venir me chercher, ils font attention à moi." sourit l'assistante commerciale. "Ma passion ne choque pas mes collègues masculins mais elle passe assez mal chez les femmes." Qu'importe, Anne vit sa passion pleinement et elle a même donné envie à sa fille Jeanne de la partager avec ses parents. "Ça fait quatre ans que je vais en forêt avec eux. J'ai mon chien et j'aimerais passer mon permis quand j'aurais l'âge", explique Jeanne, 13 ans.

Ce n'est pas un milieu sectaire 

  • Nicolas, mari d'Anne

Nicolas, le mari d'Anne voit d'un très bon œil la participation de sa femme à ses parties de chasse. "Je suis fier d'elle et de son engagement. Ce n'est pas un milieu sectaire comme on le dit, tout le monde à sa place", assure ce conducteur d'engins. Il est en revanche plus timide quand il s'agit d'évoquer les talents de sa femme à la chasse. "Elle se débrouille bien...disons qu'elle a fait ses preuves la présidente !" lâche Nicolas, sourire aux lèvres.

Chez les Pascal, on chasse en couple !