Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dordogne : la graveuse Elsa Catelin passe des timbres aux billets de banque

-
Par , France Bleu Périgord

On lui doit quelques uns des plus beaux timbres de ces quinze dernières années. Après 16 ans passés au sein de l'imprimerie des timbres de Boulazac, la graveuse titulaire Elsa Catelin s'envole vers de nouvelles aventures. Elle travaillera désormais pour la Banque de France en Auvergne.

Graveuse titulaire à l’imprimerie des timbres de Boulazac Elsa Catelin quitte Phil@poste pour rejoindre la Banque de France
Graveuse titulaire à l’imprimerie des timbres de Boulazac Elsa Catelin quitte Phil@poste pour rejoindre la Banque de France © Radio France - Emmanuel Claverie

Une page se tourne à l'imprimerie des timbres de Boulazac-Isle-Manoire en Dordogne. Après avoir passé 16 ans les yeux rivés sur sa loupe binoculaire, et avoir patiemment gravé quelque 260 vignettes, la graveuse titulaire Elsa Catelin quitte l'entreprise périgourdine pour rejoindre la Banque de France où elle créera désormais des billets.     

260 timbres en 16 ans 

Après des études d'arts plastiques à Rennes et de gravure au sein de l’École Estienne à Paris, l’école du design de communication et des arts du livre, Elsa Catelin est recrutée en 2004 au sein de l'imprimerie périgourdine et succède alors à Claude Jumelet et Jacky Larivière. Elle officiait depuis comme graveuse titulaire aux côtés de Pierre Bara, arrivé lui en 2009. Parmi ses créations, les timbres consacrés à la ville de Périgueux ou aux grottes de Lascaux, ou encore les deux dernières Mariannes de François Hollande et Emmanuel Macron.

Mais quand on lui demande quels sont les timbres qui l'ont marquée durant sa carrière, Elsa Catelin répond sans hésiter : " J'ai aimé faire le centenaire du théâtre des Champs-Élysées qui représente la façade du monument. A chaque fois que je regarde mon timbre, je le trouve vraiment chic et joli, il n'y a rien à rajouter, il n'y a pas grand chose sur le timbre, c'est très épuré et je trouve justement que c'est cette simplicité qui fait cette beauté. En plus c'était la première fois que l'on utilisait de l'encre dorée pour l'impression. J'ai aimé aussi faire les 800 ans de la cathédrale de Reims. C'est un bloc tout gravé qui a vraiment ouvert le bal des timbres avec des fonds de blocs tout gravés. 

Elsa Catelin évoque ses timbres préférés

Mais le plus marquant de sa carrière restera la dernière Marianne, fruit de la collaboration avec Yseult Digan "qui a fait l'objet d'un suivi médiatique très important au niveau de Phil@poste". 

Le timbre consacré à la ville de Périgueux
Le timbre consacré à la ville de Périgueux - Phil@aposte

Curieuse de découvrir de nouvelles techniques

Elsa Catelin a été contactée pendant le confinement par la Banque de France, occasion qu'elle a immédiatement saisie"Je suis un peu curieuse, un peu avide de découvrir plein de techniques en gravure, explique-t-elle. Cette proposition d'emploi m'a intéressée. Elle va me permettre de découvrir de nouvelles approches techniques et de compléter mon panel de savoir-faire. C'est juste pour moi une façon de re-balayer les cartes professionnelles. Je trouve que c'est nécessaire avant de s'endormir, et enrichissant. Je prends ça comme une aventure nouvelle et formidable. Et c'est un honneur en plus, la Banque de France, c'est chouette!" lâche-t-elle dans un sourire.  

Le timbre Lascaux
Le timbre Lascaux - Phil@poste

Un travail prenant

De cette aventure au sein de Phil@poste, Elsa Catelin retiendra un investissement personnel très important, et beaucoup de travail et de passion. "C'est un milieu dans lequel je me suis complètement investie, reconnait-elle, tant au point de vue de la philatélie qui a rayonné bien au delà de la fabrication des timbres, qu'en terme d'investissement associatif. Et puis comme je travaillais beaucoup chez moi aussi pour le timbre, cela a été un investissement complet". 

Ecoutez le reportage de France Bleu Périgord

Sa charge de travail ne devrait pas être la même à la Banque de France. "Ce sera structuré différemment explique-t-elle. Je travaillerai de façon ultra-concentrée sur la semaine, et j'espère avoir un peu de temps pour profiter de mes enfants et de l'Auvergne qui semble être une magnifique région".

Elsa Catelin ne dit pas adieu au timbre pour autant. "J'espère pouvoir continuer à travailler en free-lance confie-t-elle. La direction de la Banque de France est d'accord pour que je conserve mon statut d'artiste ce qui va me permettre de faire des timbres en toute légalité. Après 16 ans dans le domaine, j'ai acquis la confiance des offices postaux et je pense que je continuerai à travailler pour la Poste. L'artiste n'exclut pas non plus de monter un jour une exposition de ses œuvres personnelles. Et pourquoi pas à Périgueux?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess