Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Dordogne : la SOCRA de Marsac au chevet des anges de la chapelle royale de Versailles

mercredi 21 mars 2018 à 15:04 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Un premier semi-remorque transportant les anges de la chapelle royale de Versailles est arrivé en début de semaine dans les entrepôts de la SOCRA à MARSAC. Cette entreprise périgourdine, spécialisée dans la restauration du patrimoine, va consolider et restaurer les anges vieux de 310 ans.

Les anges  de la chapelle de Versailles bientôt restaurés à la Socra de Marsac
Les anges de la chapelle de Versailles bientôt restaurés à la Socra de Marsac © Radio France - Valérie Déjean

Marsac-sur-l'Isle, Dordogne, France

Les anges du toit de la chapelle royale de Versailles se sont envolés en début de semaine, treuillés par une grue de 70 mètres de haut. Puis ils ont pris la route, soigneusement emballés, direction la SOCRA  à Marsac. Une deuxième cargaison d'anges devrait venir les rejoindre dans deux semaines. Cette entreprise de restauration du patrimoine va les rénover, les consolider pendant trois mois. Un travail minutieux qui devrait occuper quatre des 40 artisans de l'entreprise de Marsac.

Les anges de la chapelle Royale  de Versailles restaurés à Marsac - Radio France
Les anges de la chapelle Royale de Versailles restaurés à Marsac © Radio France - Valérie Déjean

Les sculptures sont très altérées

Dans l'immense entrepôt de la Socra, au milieu des statues et des mosaïques en cours de rénovation, les trois anges signés Guillaume Coustou et Pierre Lepautre en 1707, sont encore dans leurs caisses de bois, leur peau oscille entre gris et roux, tâchée par la pollution. Ils pèsent une tonne quatre chacun. Les doigts de la main d'un ange sont grignotés par le temps .Tout à côté au sol, les têtes d'autres anges aux grand yeux gris  regardent dans le vide .Les  sculptures sont très altérées, le plomb est malléable et à l'intérieur, les structures en acier sont corrodées " Patrick PALEM responsable de la SOCRA .

Le temps a grignoté  la main d'un des anges de Guillaume Coustou  - Radio France
Le temps a grignoté la main d'un des anges de Guillaume Coustou © Radio France - Valérie Déjean

D'autres œuvres vont venir les rejoindre à la SOCRA

Les artisans  vont remplacer les éléments en acier corrodé, restaurer les épidermes abîmés , enlever la pollution qui s'y est installée .Les anges seront ensuite redorés à l'or fin par une entreprise parisienne . Mais ils resteront dans  l'entrepôt une petite année, le temps que les travaux de restauration soient menés à bien sur la chapelle royale de Versailles. Ce n'est pas la première fois que la SOCRA travaille pour le chateau de Versailles, l'entreprise a déjà restauré la statuaire des jardins et œuvré dans la galerie des glaces.D'autres pièces prestigieuses venues du Louvre et de Notre Dame vont rejoindre ces anges dans les semaines qui viennent. La SOCRA a décroché deux nouveaux marchés de taille, la restauration de bronzes animaliers du LOUVRE, et celle des statues des apôtres de Notre Dame de Paris, preuve de la qualité du travail fourni pour Patrick PALEM, l'un des responsables de la SOCRA

" Dans deux ans, je passerai la main "Patrick Palem

" nous avons deux ans de travail devant nous, l'activité est là. Mais dans deux ans, je passerai la main, même avant peut être. La difficulté d'un métier artistique c'est que la limite du temps que l'on passe est difficile à définir. Donc la rentabilité est toujours compliquée. On va essayer de trouver des repreneurs qui continuent l'activité à Paris ( 15 salariés) et Marsac ( une quarantaine ) .On est au tout début  Sur les deux ans qui viennent, c'est une réflexion qu'on va avoir. " Patrick Palem . 

D'ici là, la SOCRA devrait encore et toujours offrir une parenthèse enchantée à toutes sortes d’œuvres du patrimoine  qui , arrivant fatiguées, en repartent prêtes à affronter de nouveau les attaques du temps.